X-Men Apocalypse : quel est le prix à payer ? - La Gazette du Geek

X-Men Apocalypse : quel est le prix à payer ?

Share Button

S’il y a bien une franchise qui a traversé le temps au cinéma, c’est X-Men ! Retour sur le dernier opus des aventures mutantes !

Que penser de X-Men Apocalypse ? S’il y a indiscutablement beaucoup de bonnes choses à dire, d’autres points, moins positifs, doivent également être abordés. Le mieux est certainement de replacer l’ensemble de la franchise cinématographique dans son contexte, afin de bien comprendre à quel point les X-Men ont été décisifs dans la course aux blockbusters super-héroïques.

Une histoire qui ne date pas d’hier

Le premier X-men

Les X-Men, comme d’autres héros de comics, font partie de la seconde génération de personnages, la première étant principalement composée de héros patriotes, comme l’extraordinaire Captain America ! Les mutants sont en fait apparus dans les années 60, c’est-à-dire durant ce que l’on appelle l’âge d’or des comics, période qui doit beaucoup au génie de Stan Lee.

Charles XavierL’arrivée de l’équipe de Charles Xavier au cinéma, elle aussi, remonte finalement a assez loin, surtout si on la compare avec plusieurs autres dates de sorties mettant en avant des vedettes de Marvel. Année 2000 pour le premier X-Men, soit déjà plus de deux ans avant le Spider-Man de Sam Raimi et plus de trois avant le Hulk de Ang Lee. Dans le paysage super-héroïque, les mutants sont donc l’une des meilleures références. Des acteurs comme Patrick Stewart ou plus encore Hugh Jackman (présent depuis le début) témoignent de cette longévité. À titre d’exemple, l’univers cinématique de Marvel, entamé avec Iron Man en 2008, est beaucoup plus récent. Cependant, au fil des longs-métrages, quelques faiblesses sont apparues dans X-Men.

Un renouveau incessant, et un peu maladroit
X-Men Apocalypse

Le problème de X-Men Apocalypse que je vais tâcher de mettre en évidence ici, ne repose pas sur le film en lui-même, mais bien sur la continuité des différents opus. Si entre X-Men et X-Men 3 (trop injustement critiqué selon moi), on se trouve dans un enchaînement logique, on notera que par les suite les choses deviennent plus compliquées et, surtout, on été très mal gérées par les réalisateurs et la production. À partir de X-Men Origins: Wolverine, les choses ont donc commencé à se gâter.

Les allées et venues dans le passé de Wolverine, le reboot réussi de la franchise et l’arrivée de Days of Future Past ont apporté du sang-neuf, mais ont aussi rendu cet univers un peu chaotique. Dans X-Men : Le Commencement, la jeunesse de Charles Xavier et d’Erik Lehnsherr reprend directement des éléments présents dans la saga originelle, mais d’autres points, sur lesquels nous ne nous attarderons pas spécialement ici, sont tout simplement contradictoires. « Oui mais c’est normal, dans un comics, un même personnage peut avoir plusieurs origines, et rien n’est jamais figé ». C’est totalement vrai, mais une série de films au cinéma, ce n’est pas un comic-book, et ce que l’on comprend implicitement dans le premier n’est pas aussi clair dans le second.

Le retour du Phénix

Jean Grey, le phénixFinalement, même si X-Men Apocalypse est la suite directe de Days of Future Past, on sent également qu’il est aussi un peu englué dans un conflit avec X-Men 3, sorti en 2006. La manière dont le personnage de Jean Grey est interprété par Sophie Turner est vraiment très convaincante. Cependant, se contenter de lui faire dire « le troisième est toujours le moins bon » alors que le personnage sort de la projection du Retour du Jedi, n’est pas la manière la plus convaincante de poser les bases de la nouvelle intrigue. Ce sous-entendu, certes assez drôle, crache finalement un peu trop facilement sur la manière dont le thème du Phénix avait été utilisé par le réalisateur de l’époque, Brett Ratner.

Une photo de Brian Singer
Bryan Singer

Certes, il y a quelques entorses très indélicates par rapport au matériau de base, notamment le fait que Wolverine soit placé au centre de l’intrigue et que Cyclope meure, mais ça ne justifie pas cette petite vengeance personnelle de Bryan Singer. S’il avait réellement voulu venger l’honneur des fans et de Jean Grey, il aurait dû réfléchir avant de réaliser Superman Returns, qui soit dit en passant est un bon film (si si, Durendal le dit !), et de se retrouver indisponible pour s’occuper des X-Men. Mais tout ceci est finalement un peu éloigné de notre sujet.

X-Men Apocalypse est un bon divertissement

Un bon, voire un excellent divertissement, mais un X-Men qui descend un peu d’un cran par rapport aux deux derniers. Paradoxal me direz-vous ? Oui, et non. Tout simplement parce que pour pouvoir poser les bases d’une nouvelle franchise (avec les jeunes mutants) Singer a certainement été obligé de renoncer à quelques ingrédients qui ont fait le succès de la saga. Si l’humour est toujours présents, on notera en revanche que le personnage de Magneto est finalement traité de façon très superficielle : alors que dans les deux épisodes précédents il était impossible de le raisonner, il passe au moins trois fois, en 2h30, d’un côté et de l’autre de la barrière.

Griffes de Wolverine
L’apparition de Wolverine est convaincante !

Le film à lui seul, vraiment impressionnant, justifie le ticket de cinéma… mais Apocalypse est quand même très bleu, et son costume est un peu trop gros. Dans le même genre, les Goa’uld de Stargate était aussi sévèrement stuffés, mais le résultat était beaucoup plus esthétique ! Un des derniers points négatifs de X-Men Apocalypse, c’est la séquence post-générique, qui n’a finalement aucun intérêt : on y voit les coulisses du projet Arme X mais on ne comprend pas bien ce que les images pourraient teaser, sachant que Wolverine 3 devrait être adapté du comic-book Old Man Logan, qui n’a rien à voir avec cet arc narratif !

Ce qui est certain, c’est que je continuerai encore longtemps à aller voir les X-Men au cinéma 😉

Crédits photo : 20th Century Fox

Crall

Seigneur des geeks de toute la terre, fondateur et rédacteur en chef de La Gazette du Geek, force de la nature mais, surtout, geek qui boit du vin et mange des paupiettes de veau à quatre heure du matin.

2 pensées sur “X-Men Apocalypse : quel est le prix à payer ?

  • 4 juillet 2016 à 17 h 52 min
    Permalink

    Salut,
    Je n’avais jamais pris la peine de me pencher sur ce genre de détails. Merci pour cet article. J’ai adoré ce volet et j’ai hâte de découvrir les suivants.
    A+

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *