Test d'Inside : une ambiance incroyable ! - La Gazette du Geek

Test d’Inside : une ambiance incroyable !

Share Button

Le jeu de Playdead est arrivé sur Steam la semaine dernière. L’occasion pour nous d’en dire du bien dans notre test. Beaucoup de bien même !

Après plusieurs années de développement, l’un des jeux les plus attendus du moment est arrivé. Avec Inside, Playdead, le studio danois à l’origine de Limbo, fait très fort. Ambiance oppressante et belles trouvailles de gameplay, la liste des bons points est longue !

La touche Playdead

Dans Inside, on est lâché en pleine nature sans savoir ce qui se passe. D’emblée, on se retrouve à contrôler un jeune garçon qui cherche à échapper à la vigilance de gardes armés. Les premières minutes du jeu sont vraiment géniales. Il est assez rare qu’un titre parvienne à capter l’attention du joueur aussi rapidement. En prenant le partie de ne pas expliquer le scénario, les développeurs ont vraiment fait très fort. Tout est simplement suggéré par la mise en scène. Il y a, en définitive, une sorte de poésie macabre, dont l’intensité ne cesse de croître tout au long de l’aventure.
inside, le test du jeu
Sans surprise, le parallèle avec Limbo est assez évident. Au niveau du gameplay déjà. Vous pourrez par exemple déplacer votre personnage et le faire interagir avec certains objets. Et c’est à peu près tout. On pourrait d’ailleurs penser que c’est un peu légers, mais ce serait sans compter sur le talent de Playdead : l’ambiance, le level design et la direction artistique sont presque parfaits. C’est d’ailleurs l’un des autres points communs avec Limbo, même s’il faut reconnaître qu’Inside est un cran au-dessus.

Un jeu très mystérieux

Ce qui fait aussi la grande force du jeu, c’est son ambiance particulière. Les effets de lumières, la musique et la bande-son lui apportent une dimension poétique et macabre. Nous n’allons bien évidemment pas donner de détails sur l’histoire, mais sachez que vous allez sursauter. Un peu moins punitif que Limbo, Inside va en revanche beaucoup plus loin dans l’horreur. Malgré le fait que le personnage évolue sur un plan vertical en 2D, le travail de mise en scène et les effets de lumière sont tels qu’on est littéralement happé par l’aventure. Si vous avez déjà regardé les premières images, vous savez déjà probablement que le jeu est assez sombre. En revanche, et ça nous pouvons vous le garantir, vous allez être vraiment très surpris par l’aura de mystère qui l’entoure.

Inside, le jeu vidéo

D’un bout à l’autre du voyage, vous n’aurez pas le temps de vous ennuyer. Les intentions du garçon restent difficiles à comprendre, si bien que le joueur est toujours en alerte : on cherche à récolter le moindre indice sur l’intrigue pour donner du sens à l’histoire. Des hommes de mains, des individus contrôlés par la pensées, des scientifiques : l’univers d’Inside est particulièrement riche. Les trois ou quatre heures nécessaires pour en venir à bout auront d’ailleurs le mérite de vous marquer durablement.

Explorer l’insconscient

Sans jamais demander au joueur des actions compliquées (comme résoudre des énigmes), le titre parvient malgré tout à lui faire se creuser la tête. Vous n’arrivez pas à franchir un obstacle sans vous faire attraper par un garde ? Posez-vous deux minutes, observez bien votre environnement, et recommencez. Non seulement, vous trouverez la solution, mais en plus vous trouverez ça gratifiant. Au-delà de l’expérience vidéoludique, Inside est aussi et surtout une expérience artistique. Pourquoi ?  Parce qu’il ne s’agit pas seulement d’un divertissement, c’est aussi une forme d’art. Inside ne se contente de donner au joueur ce qu’il veut : il suscite des émotions, et donne envie d’aller plus loin. Il n’y a qu’à voir comment les membres du forum de Jeuxvideo.com se sont emparés du jeu pour tenter de percer tous ses mystères !

Notre note : 18/20. On aurait simplement aimé un petit supplément sur la durée !

Inside est également disponible sur Xbox One depuis la fin du mois de juin.

Crall

Seigneur des geeks de toute la terre, fondateur et rédacteur en chef de La Gazette du Geek, force de la nature mais, surtout, geek qui boit du vin et mange des paupiettes de veau à quatre heure du matin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *