Qui est l'homme en noir dans Kaamelott ? - La Gazette du Geek

Qui est l’homme en noir dans Kaamelott ?

Share Button

Et si Méléagant, l’homme en noir de Kaamelott qui hante Arthur et Lancelot, n’était que le pendant maléfique de Viviane, la Dame du Lac… Des explications inédites sur le rôle de ce personnage mystérieux, signées la Gazette du Geek.

Kaamelott nous relate le quotidien épique du roi Arthur et de ses chevaliers. A défaut d’inscrire leurs exploits dans la Légende Arthurienne, ces drôles de chevaliers ont néanmoins réussi à marquer notre époque de ses répliques cultes ! Aujourd’hui, nous allons nous interroger sur les rôles respectifs de la Dame du Lac et de l’Homme en noir.

Kaamelott est une shortcom -programme court destiné à faire rire- singulière dans le paysage télévisuel français. En effet, de petit format court de cinq minutes, la série nous a offert six saisons dont les derniers épisodes diffusés duraient quarante-cinq minutes en version director’s cut (la version initiale désirée par le réalisateur lui-même). Si la première saison est purement humoristique, les suivantes versent un peu plus dans le drame, puis, dans la tragédie, tout en conservant ce trait d’humour cinglant qui a fait son succès. Les petites scénettes devinrent, au fil du temps, une véritable histoire, portée par des enjeux dramatiques et complexes. La narration cinématographique, inexistante dans les deux premières saisons, finit par nous porter à l’écran les conflits qui opposent deux personnages antagonistes : Lancelot et Arthur.

kaamelott meleagant : l'homme en noir

Arthur, roi progressiste, se laisse facilement déborder par l’incompétence de ses chevaliers, les guerres avec les autres peuples et sa vie personnelle mouvementée. Rapidement désœuvré, il tombe progressivement dans une profonde dépression, et pense à se suicider dès la fin du troisième livre. Initialement, il a bâti Kaamelott dans l’espoir que ses chevaliers partent en quête du Graal, comme cela lui a été commandé par Viviane, la Dame du Lac. Cette mission périlleuse n’aboutissant pas plus que toutes les autres quêtes qui lui sont confiées, Arthur finit par perdre la foi. Il se dispute avec son meilleur ami, Lancelot.

Le cas de Lancelot

Lancelot est un chevalier errant se réservant pour son unique et grand Amour qu’il pense avoir trouvé en la personne de Guenièvre. Dépassé par le laisser-aller du roi Arthur, dont il ne manque pas à plusieurs reprises de fustiger la politique, il décide de fonder son propre camp et de partir en quête du Graal par lui-même. Pour ce faire, il se fait financer par le roi Lot, un politicien machiavélique qui a l’ambition de devenir roi à la place du roi. Dans son entreprise, Lancelot est rejoint par Guenièvre, qui décide d’abandonner Arthur et Kaamelott. L’idylle ne sera que de courte durée puisque Lancelot finit par se comporter comme un tyran avec ses hommes et celle qu’il aime, et se montre obsédé par un prétendu « homme en noir ».

Pendant ce temps, Arthur cède à une énième tentation et faute avec Mevanwi, femme du chevalier Karadoc de Vannes. Refusant de récupérer sa femme, il va même jusqu’à l’échanger contre Guenièvre grâce à une loi obscure du pays de Vannes. Cet acte ultime, insulte faite au dieu, provoque le bannissement de la Dame du Lac.


Homme en noir kaamelott : méléagant

Dans la Légende Arthurienne comme dans la série, la Dame du Lac ou Viviane, est initialement un esprit mystique, une sorte d’ange gardien, qui doit guider l’élu des Dieux vers la Lumière du Graal. Arthur est l’élu qui doit mener son peuple vers la Lumière, comme le Christ. Dans le Livre I, Viviane est la conscience d’Arthur, sa confidente.[3]Seul Arthur peut la voir et lui parler.[4]Elle guide Arthur, mais ne peut jamais intervenir par elle-même. Elle ne peut que constater que les évènements, et la dépression grandissante d’Arthur, qui détruit non seulement le royaume, mais aussi le roi lui-même. Révoquée dans le quatrième livre, Viviane lui crache alors sa colère et son désespoir :

« Au départ je devais vous guider vers la lumière, vers le Graal. Mais vous, vous préférez n’en faire qu’à votre tête : Lancelot s’en va ? Pas grave, qu’il s’en aille ! Guenièvre part avec lui ? Eh ben qu’elle se tire, ça fera de l’air ! Il faut jamais convoiter la femme d’un autre chevalier ? Ben eh, je m’en fous moi, je la convoite quand même ! Résultat : Bannie ! Ah vous pouvez être fier de vous ! (elle pleure) »[2]

Viviane, Arthur et l’homme en noir

La déchéance d’Arthur est parallèle à celle de Viviane. Dans le Livre V, avant qu’il ne replante l’épée, elle le supplie de la conserver et de s’en servir pour trouver le Graal. Arthur la regarde froidement dans les yeux, et répond : « J’suis roi de Bretagne. J’ai pas de conseils à recevoir d’une clodo ».[5] L’échange s’achève sur les pleurs inaudibles de la Dame du Lac. L’échec d’Arthur devient aussi celui de la Dame du Lac. En ce qui la concerne, ce n’est pas le premier. En effet, au cours du cinquième livre, nous apprenons que Viviane a été la préceptrice de Lancelot. Au cours d’une entrevue, elle révèle à Lancelot qu’il avait été choisi comme élu des Dieux, mais que ces derniers lui ont préféré Arthur. Lancelot ne parvenait pas à retenir une comptine pour guérir les blessures, car il n’en faisait « qu’à sa tête ».[7] Dans les textes médiévaux, Viviane est profondément liée à Lancelot , dans le Lancelot en prose notamment. Elle élève le chevalier, tandis que Merlin s’occupe de l’éducation du jeune Arthur. Elle lui enseigne les Arts et les Lettres, comme à tout chevalier courtois accompli. Le retournement opéré par la série est intéressant, car Viviane n’éduque plus Lancelot, mais Arthur. Elle le guide, dès ses vingt ans, alors qu’il n’est pas encore sur le trône de Bretagne. Puis, elle le mène sur les routes de la quêtes du Graal, avant qu’Arthur ne commette l’adultère avec Mevanwi.

homme en noir dans Kaamelott

La faute d’Arthur semble tout droit sortir d’une tragédie grecque : elle est empreinte d’hubris. L’hubris est un crime d’orgueil commis par un mortel, comme Œdipe et ses parents. Comme Œdipe, Arthur s’est cru au-dessus des Dieux, comme le souligne Viviane : « Mais vous, vous préférez n’en faire qu’à votre tête : Lancelot s’en va ? Pas grave, qu’il s’en aille ! ». Cet enchaînement de questions rhétoriques, qui caricaturent la posture d’Arthur, en est la preuve. Arthur a refusé d’écouter la Dame du Lac, comme Lancelot lorsqu’il était petit, et ce refus a causé leur perte.

D’autre part, son ultime faute, l’échange d’épouses, amorce la tragédie de la série, comme l’annonce le cliffhanger du Livre IV, épisode La réponse :

« Siècle des larmes, hurlements

Au jour dieux, roi de Logres fait affront

Du Lac combattant frère à l’épée

Femme de Vannes épousée commet faute

Panique, ruine, fin d’un monde

Sur Terre sans démon ni sorcière

Vient dieu des Morts solitaire des frayeurs

 Du ciel à l’insulte la Réponse. »

La réponse est l’épisode 50 du Livre IV. Il correspond à la fin du premier tome de cette saison. À ce moment précis, le spectateur est dans l’attente des horizons possibles engendrés par cette annonce. Une épée de Damoclès plane désormais au-dessus de la tête des chevaliers, et nous ne savons pas encore quelle forme est prendra. Puis, un mystérieux personnage, « l’Homme en noir », dont le costume n’est pas, une fois encore, sans rappeler celui des siths dans Star Wars, se met à poursuivre Lancelot. Lancelot semble préoccupé par ce personnage intriguant, qui l’observe, tapis dans l’ombre. Entre eux, s’installe un rapport de séduction et d’angoisse. Lancelot écoute l’Homme, sans savoir pourquoi, mais il en a peur. En outre, Lancelot est le seul à l’avoir aperçu. Dans l’épisode Corvus Corone du Livre V, Arthur demande à Guenièvre si elle a vu cet homme de ses propres yeux. Guenièvre répond par la négative. Cette réponse augmente le clivage fantastique[10] de la série. Dès lors, le spectateur s’interroge, il hésite entre deux hypothèses. Soit « l’Homme en noir » est un personnage maléfique, qui a le pouvoir de n’apparaître qu’à un seul homme, soit Lancelot est ravagé par la folie et plongé dans un délire paranoïaque.

L’homme en noir se révèle à Arthur

Pourtant, Arthur finit lui aussi par voir « l’Homme en noir », qui se présente à lui comme un guide qui le ramène à Kaamelott, après son errance dans les terres à la recherche de ses enfants. Si « l’Homme en noir » peut être vu d’Arthur et Lancelot, cela signifie qu’il est, à l’instar de la Dame du Lac, une divinité envoyée par les Dieux pour guider ses élus. Cependant, la Dame du Lac mène Arthur sur le chemin de la Lumière, tandis que « l’Homme en noir » les mènent tous deux dans les ténèbres.

Au cours du livre V, Lancelot se retire dans une grotte. Il y vit en ermite, mais « l’Homme en noir », lui rend régulièrement visite. Lancelot, intrigué, demande à l’Homme de lui dévoiler son nom. L’homme s’appelle en fait Méléagant. Il présente à Lancelot la marionnette Pupi d’Arthur, et lui explique qu’elle a subi un enchantement. Si Lancelot la plonge dans le feu, Arthur brûlera vraiment. Méléagant ordonne à Lancelot de tuer Arthur, mais il refuse, d’un geste brusque. A cause de sa maladresse, la poupée tombe dans les flammes. Sous les yeux désemparés de Lancelot, Méléagant lui explique alors qu’il a menti. La marionnette n’était pas ensorcelée. Il dit alors à Lancelot qu’il est prêt.

Homme en noir dans Kaaamelott : MéléagantEn fait, cette scène représente la relation qui unit les deux élus au guide : entre ses mains, ils ne sont que des pantins.[14] Méléagant lui révèle ses intentions vis-à-vis d’Arthur. Il ne veut pas le faire mourir, il préfère le faire souffrir au point qu’il se suicide. Il aime organiser le « sabordage » des Hommes. Le sabordage est un terme spécialisé en marine, il désigne le fait de couler volontairement un bateau en ouvrant ou créant des voies d’eau. C’est ainsi que finira Arthur à la fin de la cinquième saison : dans l’eau d’une baignoire, les veines ouvertes. D’ailleurs, « l’Homme en noir » apparaît aux côté de César, suicidé.[11] Son objectif est d’amener le chaos. Dans les textes médiévaux, Méléagant est celui qui mène le royaume d’Arthur à sa chute, que ce soit dans la série ou dans Le chevalier à la charrette,[12] ou encore, dans La mort du Roi Arthur.[13]Dans ces deux textes, Méléagant est un seigneur qui enlève la reine Guenièvre et qui serait défait par Lancelot. Dans la série, Guenièvre s’enfuit du château, mais Lancelot lui-même la retient prisonnière, poussé par Méléagant qui révèle en lui ses côtés les plus noirs.

Le thème de la nuit est omniprésent dans Kaamelott. La nuit est traitée sous un angle comique ou dramatique. Cette omniprésence pourrait s’expliquer par l’horaire de diffusion de la série : le soir, avant le Prime Time, voire, en Prime Time. La nuit fait échos au quotidien du spectateur. Elle fait aussi échos aux Ténèbres de la dépression qui submergent peu à peu le roi et son meilleur ami. Arthur et Lancelot sont deux élus, qui cherchent à atteindre le ciel et sa lumière, mais qui finissent par sombrer dans l’obscurité. Chacun d’eux est l’élu des Dieux. C’est Méléagant lui-même qui révèle à Lancelot qu’il est un élu, mais pas un élu « de ces Dieux-là ».[8]Cette tournure péjorative désigne les divinités de Lumière, le Dieu unique qui guide Arthur et ses chevaliers vers le Graal. Lancelot est donc un personnage profondément chaotique, il est l’élu des Ténèbres, et Méléagant, un ange du chaos.

           Arthur est quant à lui l’élu de la Lumière. Arthur a le souci de rétablir la dignité des faibles, comme le lui a enseigné César. Ce n’est finalement pas par les armes qu’il le rend la gloire, mais toujours par la parole. Ce souci de l’éloquence est matérialisé par le médaillon que porte Arthur, représentant le Dieu Ogma. Le Dieu Ogma est le Dieu celte qui terrasse ses ennemis par l’éloquence. Ce médaillon a été fabriqué par Anton, son père adoptif. Dans le Livre V,[15] Méléagant mène Arthur à Anton. Anton explique sa promiscuité avec le petit Arthur, qu’il a élevé jusqu’à ce qu’il soit envoyé en camp militaire. Il considérait l’enfant comme son fils, alors qu’il n’en était pas le père biologique. Arthur est désemparé, car il comprend non seulement d’où il vient, mais aussi, ce qu’il a perdu toutes ces années loin de son père adoptif. Méléagant attire alors le regard d’Arthur et de son hôte sur les médaillons qu’Anton fabrique. Il demande à Arthur de montrer le sien. Arthur s’exécute, puis s’excuse alors de n’être jamais revenu. Il lui dit qu’il ne parle plus beaucoup, et qu’en vieillissant, il se contente de ne plus l’ouvrir du tout. Le chevalier se lève et part. Anton choisit de noyer son chagrin dans l’alcool.

La trame scénaristique est dès lors plus proche du Road movie que de la shortcom. Méléagant mène Arthur sur les chemins les plus magnifiques de Bretagne, et il le mène non sur les sentiers du Graal, mais aussi à se confronter à ses craintes et ses souvenirs oubliés. Méléagant a d’ailleurs expliqué à Arthur que le chemin n’était pas normal, mais qu’il était son rôle de le conduire sur celui-ci.[16]

homme en noir dans Kaamelott

Méléagant amène ensuite Arthur dans un camp de comédiens, des saltimbanques, « des amis » comme il les nomme. Il lui explique que ces gens-là, comme lui, sont au-dessus des considérations politiques, comme le Graal. Plus tard, dans le camp, Arthur se dispute avec son guide et un comédien à propos du chemin qu’ils ont pris. Il hurle qu’il pourrait faire raser le camp. Alertée par les cris, Prisca sort de sa tente et se présente à eux pour leur demander de se calmer. Elle reconnaît Arthur et le salue. Le soir, Arthur et Méléagant assistent à une représentation théâtrale d’une fable d’Esope : Le garçon qui criait au loup. Les comédiens appellent le public à participer sur scène. Méléagant est désigné pour incarner un mouton, et Arthur le loup. La représentation théâtrale est d’ailleurs une métaphore de la rencontre de l’élu avec ses guides. Les rôles sont en fait inversés : Méléagant est celui qui dévore les rêves et les espoirs d’Arthur. Viviane a longuement crié au loup, avant que le loup véritable ne pointe le bout de sa truffe. Arthur n’est qu’un mouton qui s’est laissé berner.

Le guide, durant cet itinéraire, devient un passeur entre les mondes : le monde humain et le monde divin. Méléagant n’est pas seulement la Réponse à la faute commise par Arthur, il est aussi la Réponse des Dieux à la question d’Arthur : a-t-il eu des enfants et en aura-t-il un jour ?

Pourtant, la Réponse n’est pas sincère, au contraire, elle est illusoire et mensongère. Méléagant a la particularité de manier les apparences, et de pouvoir prendre le contrôle des songes prophétiques de Prisca. Il lui fait dire ce que craint Arthur, mais ce n’est pas nécessairement la vérité. Comme Ogma, Méléagant a terrassé Arthur par son éloquence. Arthur perçoit alors ses quêtes comme des échecs qui le mènent à se saborder.

Enfin, la rencontre entre Viviane et Méléagant est tragique.[17]Méléagant l’amène à Lancelot, et Viviane comprend alors la gravité de la situation. Lorsqu’elle tente ultérieurement de prévenir Arthur, il est déjà trop tard. Le roi est devant l’épée, mais ne veut plus la reprendre. Il la voit, comme la Dame du Lac, non plus comme un don divin, mais comme un fardeau. Cet épisode s’intitule Aux yeux de tous III. Deux autres épisodes portent le même nom, l’un dans le Livre I, l’autre dans le Livre IV. Dans le premier épisode, la Dame du Lac rencontre des difficultés avec sa magie, et apparaît aux yeux de tous, sauf à ceux d’Arthur. Dans le Livre IV, la Dame du Lac est bannie, et apparaît donc aux yeux de tous. Elle explique à Arthur qu’elle ne sait rien faire : ni manger, ni se laver, ni dormir. Elle n’en a jamais eu besoin. En fait, en tant que divinité, elle était loin des préoccupations quotidiennes du roi et de ses sujets. Ironiquement, elle se trouve donc incapable de vivre comme eux, alors qu’elle était censée guider Arthur. Dans l’épisode Aux yeux de tous III, Lancelot la reconnaît enfin. Elle reconnaît Méléagant. Elle sait que les engrenages d’une tragédie sont engagés, et que la fin du royaume se précipite. Elle tente de prévenir Arthur, lorsqu’il revient au rocher, mais celui-ci, découragé, décide d’abandonner.

En définitive, les chemins des élus sont finalement à la fois croisés et parallèles : Arthur est l’élu de la Lumière mais sombre dans l’obscurité, tandis que Lancelot est l’élu du chaos et entreprend une quête perpétuelle de Lumière, jusqu’à la fin de la saison V. Tous deux sont guidés par des anges, et tous deux échouent leur quête initiale. Peut-être ne pouvait-il en être autrement, après tout, pour pouvoir approcher et toucher la lumière de près, il faut être passé par les ténèbres et l’obscurité.

Sur ce,

Longue vie et prospérité.

[1]L’échange d’épouses dans le Livre IV

 

[2]Alexandre Astier (real.), Kaamelott, Livre IV, La Révoquée, M6 Vidéo, 26/09/2007

 

[3]Alexandre Astier (real.), Kaamelott, Livre II, Le Rebelle, M6 Vidéo, 14/06/2006

[4]Sauf dans l’épisode Aux yeux de tous, dans le Livre I, où Viviane, rencontrant des difficultés avec sa magie, devient invisible aux yeux d’Arthur et visible aux yeux de tous.

 

[5]Alexandre Astier (real.), Kaamelott, Livre V, La roche et le fer, M6 Vidéo, 19/11/2008

[6]Ses convictions politiques et sociétales sont développés dans de nombreux épisodes comme Létal, Arthur et la question, Les Affranchis.

 

[7]Alexandre Astier (real.), Kaamelott, Livre V, Jizô, M6 Vidéo, 19/11/2008

 

[8]Alexandre Astier (real.), Kaamelott, Livre V, La roche et le fer, M6 Vidéo, 19/11/2008

 

[9]Cette opposition entre les différents types de Dieux est une référence aux jeux de rôles. Les joueurs décident de l’alignement du personnage qu’ils incarnent, ou, de leur moralité et de leur éthique. Dans cette perspective, les joueurs peuvent aussi choisir la religion qui correspond aux aspirations de leur personnage.

[10]Selon la définition de Todorov, le spectateur hésite entre une explication surnaturelle et une explication rationnelle de la situation.

 

[11]Alexandre Astier (real.), Kaamelott, Livre VI, Lacrimosa, M6 Vidéo, 25/11/2009

 

[12]Chrétien de Troyes, Œuvres complètes, édition et traduction sous la direction de Daniel Poiron,

Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1994

 

[13]E.Abry, C.Audic, P.Crouzet, Histoire illustrée de la Littérature française, H.Didier éditeur, 1941

 

[14]Alexandre Astier (real.), Kaamelott, Livre V, Le dernier jour, M6 Vidéo, 19/11/2008

 

[15]Alexandre Astier (real.), Kaamelott, Livre V, Le garçon qui criait au loup, M6 Vidéo, 19/11/2008

 

[16]Ibid

 

[17]Alexandre Astier (real.), Kaamelott, Livre V, Le dernier jour, M6 Vidéo, 19/11/2008

Skeeter

Skeeter est née le même jour que Chuck Norris, ce qui lui a conféré d'incroyables talents. Après une brillante scolarité au sein de l'école de sorcellerie Poudlard, elle est devenue professeur dans l'école pour jeunes surdoués. Elle prévoit d'épouser son collègue Wolverine.

10 pensées sur “Qui est l’homme en noir dans Kaamelott ?

  • 3 octobre 2016 à 21 h 45 min
    Permalink

    PUTAIN il est énorme ton article !!!!!
    Super boulot, bravo et merci. C’est rare de lire des articles de cette qualité sur le net francophone. Surtout à propos de Kaamelott. Ton analyse est très exhaustive, et va bien plus loin que le simple rapport entre Arthur et ‘homme en noir.

    Répondre
    • 4 octobre 2016 à 12 h 08 min
      Permalink

      Je te remercie ! Finalement, je me suis aperçue que je ne pouvais évoquer Méléagant sans évoquer Lancelot et Viviane, car ça n’aurait pas eu de sens. Si tu le souhaite, je t’invite à consulter d’autres dossiers sur notre blog. Nous mettons toujours un point d’honneur à essayer de produire de la qualité pour nos lecteurs, parce qu’on vous respecte et qu’on vous aime <3
      Merci pour ce commentaire super touchant.
      Bisous

      Répondre
    • 4 octobre 2016 à 12 h 11 min
      Permalink

      Merci beaucoup à toi pour ce petit commentaire qui me fait chaud au cœur !
      A très bientôt !

      Répondre
    • 4 octobre 2016 à 14 h 07 min
      Permalink

      Merciii beaucoup 🙂 Tous ces petits commentaires ça me fait vraiment super plaisir !

      Répondre
  • 4 octobre 2016 à 16 h 30 min
    Permalink

    Chapeau, article passionnant. J’ai vraiment hâte de voir la suite dans les films, c’est vrai qu’au début Kaamelott est un programme humoristique. Mais maintenant c’est devenu tellement plus.

    Répondre
    • 4 octobre 2016 à 18 h 29 min
      Permalink

      Oui ! Personnellement, j’ai été vraiment touchée ce que devienne les personnages lors de la saison V…J’ai adoré découvrir les parties les plus sombres d’Arthur et Lancelot. La série a vraiment pris une dimension plus humaine par la suite. Merci beaucoup pour ce commentaire. A très bientôt. <3 Skeeter

      Répondre
  • 25 novembre 2016 à 16 h 02 min
    Permalink

    très bon article, belle plume!
    En revanche au niveau du fond il y a un détail qui me chiffonne, je trouve que ta vision des personnages est un peu manichéenne : si Méléagant n’est clairement pas un personnage sympathique, je ne sais pas si l’on peut dire qu’il soit foncièrement maléfique.. A mes yeux il ne fait que réveiller des sentiments déjà présents dans l’esprit des personnages. C’est ma vision des choses pas nécessairement la vrai, mais rien dans la série à ma connaissance ne prouve qu’il est maléfique (si ce n’est ce qu’il dégage et effectivement le passage de la prévision de Prisca => peut être ne l’a-t-il pas manipulée mais simplement réveillé son don, ce qui rendrait sa prévision pertinente, le tout simplement pour montrer à Arthur une vérité qu’il soupçonne depuis longtemps)
    J’aime faire l’avocat du diable mais je trouve étonnant de la part d’Alexandre Astier de simplifier autant les personnalités de ses personnages (en même temps c’est pas mon pote, je lui ai pas demandé)
    Merci en tout cas pour ton article qui relève un peu le niveau habituel,
    Bonne continuation
    H

    Répondre
    • 25 novembre 2016 à 21 h 14 min
      Permalink

      Bonjour et merci H,
      c’est vrai que je n’avais pas vu que je ne présentais qu’une vision très sombre de ce personnage pourtant si complexe. Je pense que le fait de faire ressortir ce qu’il y a de pire en eux et d’y parvenir fait de ce personnage un personnage profondément chaotique. Il réussit finalement là où la Dame du Lac a échoué. Pour autant, je pense que ton point de vue est très intéressant, en particulier ton analyse des songes de Prisca. Peut-être que tu as raison, et qu’il n’est pas si maléfique. Il est peut-être le Dieu de la Vérité, plus que celui du doute et du mensonge. Je vais méditer là-dessus 😉
      Merci pour ton commentaire et ton analyse.
      A très bientôt sur la Gazette.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *