Les pires projets de films du moment - La Gazette du Geek

Les pires projets de films du moment

Share Button

Vous aimez le cinéma ? Les producteurs hollywoodiens aussi, mais pas forcément pour les mêmes raisons. Plongée au cœur de tous les dangers !

Le cinéma est un art ancien mais qui reste toujours d’actualité, si bien qu’un cinéphile peut regarder aussi bien de vieux classique que se renseigner sur les films qui sortiront en salle dans les prochaines années.

Evidemment, toutes les annonces de films ne font pas forcément envie, et si quelques projets semblent réellement réjouissants, d’autres ne partent vraiment pas gagnants et n’ont que bien peu de chances de rencontrer du succès en salle (ou juste d’être de bons films). C’est le cas du prochain Ghostbusters, dont l’énorme badbuzz ne donne clairement pas envie. Mais c’est loin d’être le seul, et c’est pour cela que nous vous proposons aujourd’hui le top 5 des pires projets de films.

5) Inferno de Ron Howard

Inferno
© Columbia PIctures

On commence doucement avec un film qui ne sera peut-être pas trop mauvais au final. Ron Howard continue d’adapter les célèbres romans de Dan Brown, après l’énorme succès que fut Da Vinci Code puis Anges & Démons. Toujours avec Tom Hanks dans le rôle de Robert Langdon, il y a de grandes chances que l’on n’est ni plus ni moins que les deux opus précédents. C’est-à-dire un film d’action pas forcément top.

Toutefois, le fait que le film sorte 7 ans après Anges & Démons (qui avait déjà moins marché que son prédécesseur) a dû fortement diminuer le « phénomène Da Vinci Code », et il se pourrait bien que cette suite passe assez inaperçu.

On a vraiment peur d’un film très lisse, formaté selon les canons du moment, avec des acteurs bankable (Omar Sy, Felicity Jones, Ben Foster), mais du coup assez oubliable, et qui ne marquera pas le cinéma.

4) Death Note de Adam Wingard

On continue avec un projet particulièrement instable. Adaptation d’un des mangas les plus cultes des années 2000, et qui a un nombre de fan encore très important, il est normal que le film soit suivi de près par toute la communauté.

Ce qui fait particulièrement peur avec ce film, ce sont bien ses producteurs. Il faut dire que les nombreux réalisateurs qui se sont succédés à la tête du projet (Shane Black puis Gus Van Saint, et maintenant Adam Wingard) n’augurent rien de bon. On sait aussi que Shane Black a bataillé afin que Light, le personnage principal, soit bien fidèle au manga, et que les Shinigamis, dieux de la mort qui sont un des grands intérêts du manga, soient bien présents. Les producteurs voulaient à la base faire un film où un gentil héros était aux prises avec un pouvoir maléfique.

Alors on évite ça, mais cela montre bien qu’Adam Wingard devra lutter pour chaque parti-pris qu’il voudra imposer, et il y a de grandes chances que les producteurs dénaturent complètement l’œuvre originale.

Cela n’annonce donc vraiment rien de bon.

3) Power Rangers de Dean Israelite  Power Rangers 2017

Et oui, l’une des séries phares de notre enfance sera bientôt un blockbuster en 2017.

L’idée peut faire sourire, tant la série est connue pour son kitsch, son aspect fauché, et son scénario très léger, même si ces clichés viennent essentiellement de l’adaptation américaine de ce programme.

L’histoire devrait correspondre à la série, car cela parlera de cinq  jeunes gens qui devront s’allier afin de contrecarrer une menace extraterrestre. Du basique de chez basique donc.

Ce qui fait particulièrement peur avec cette adaptation, c’est que tout le kitsch de la licence semble être mis de côté pour accoucher d’un teenage movie qui se prend bien plus au sérieux. Preuve en est les quelques visuels déjà disponibles, qui sont à la fois assez simples mais témoignent aussi d’une envie peut-être un peu trop appuyée de faire dans le sérieux.

Le réalisateur a déjà fait le très moyen Projet Almanach et les acteurs manquent vraiment de charisme (hormis peut-être RJ Cyler qui a fait du bon boulot dans This Is Not A Love Story). Soyons honnêtes, le film ne fait pas très envie.

Au mieux on retrouvera l’aspect nanardesque et fun de la série, au pire on se retrouvera faire une énième exploitation de licence insipide. Rien de bien glorieux donc.

2) Tetris the movie de Brett Ratner
Bret Ratner et Tetris
Si ce projet n’est encore qu’en pré-production, il y a tout de même pas mal de choses à en dire. Car s’il y a bien un concept surprenant en ce moment dans le milieu du cinéma c’est bien celui-ci.

Un peu comme pour Super Mario Bros., l’idée d’adapter Tetris en film parait très bancale. Surtout quand l’on sait que le réalisateur a dit en parlant du film qu’ « Il ne s’agit pas d’un film avec des tas de lignes s’empilant autour de l’écran. Nous ne serons pas dans l’idée des formes géométriques. Nous avons une histoire derrière Tetris qui le rend très original ». Ce qui veut donc (surement) dire pas de tetrominos, c’est-à-dire la seule chose auquel on pense quand on parle de Tetris. On rajoute son envie de faire de la licence un thriller haletant de science-fiction, et on se demande bien quel est le rapport avec le jeu.

D’ailleurs si on lit bien entre les lignes l’interview des producteurs, on voit clairement qu’ils ont plus choisis de s’attaquer à cette licence car elle est connue de tous, plutôt que par ce qu’elle peut apporter au cinéma…

L’info récente qu’ils comptaient en faire une trilogie n’arrive pas à enlever l’impression que ce film est fait pour de mauvaises raisons, et il y a de fortes chances que ce soit un échec.

1) Emoji the movie Emoji, le film

 

Mais la palme du pire projet de film revient à Emoji the movie car même si la trilogie Tetris laisse présager un film tout aussi mauvais que celui-ci, il semble tout de même moins cynique. Car Emoji se présente comme un film d’animation, surement adressé à un public très jeune, et qui ne sera probablement pas original.

L’histoire devrait montrer toute la bande des émoticônes les plus célèbres se balader dans un téléphone mobile. On pourra donc voir des smiley joyeux, tristes, en colère, ou en pokerface, se balader dans différentes applications, voire même certaine publicités (comme celle de Spotify). En effet, Sony a annoncé que les plus grandes marques pouvaient faire partie de l’histoire même du film, en échange d’une contre-partie financière.

Cette pratique qui va encore plus loin que le simple placement de produit, semble assez nauséabonde, surtout si le film est écrit pour des enfants en bas-âge, ce qui sera surement le cas… Le film Emoji décroche ainsi le titre du pire projet cinématographique. Vive le cinéma !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *