L'interview de Nous sommes des Héros - La Gazette du Geek

L’interview de Nous sommes des Héros

Share Button

Nous avons rencontré ces bijoutiers d’exception en convention…L’équipe de Nous sommes des Héros a accepté de se livrer à la Gazette du Geek. Ils nous disent tout !

L’équipe de Nous sommes des Héros, entourée de héros cosplayés et d’un petit ourson trop mignon

Nous sommes des Héros est une toute nouvelle entreprise de bijoutier qui vous proposent des bijoux personnalisés et personnalisables dans un nouvel alliage : le Galaxium. Rencontre avec les membres fondateurs de cette bijouterie 2.00.

1) Pourriez-vous vous présenter et présenter Nous sommes des Héros en quelques mots ? Quel a été votre parcours avant de vous lancer dans cette aventure ?

Maxime : Avant, j’étais prothésiste dentaire. Par la suite, j’ai fait une spécialisation épithèse, et après plusieurs années dans la prothèse j’ai décidé de créer une marque de bijou ! Tout a commencé lors de la sortie du premier Avengers. Je voulais une bague iroman, mais je n’en trouvais pas de qualité sur internet. Je l’ai donc fabriquée moi-même.

Mon métier de prothésiste ne me convenait pas car il y avait beaucoup de pression à cause de l’aspect médicalisé des choses : on est toujours dans l’urgence. Je sais qu’il y a certains de mes collègues qui adorent ce qu’ils font, ce n’était pas exactement mon cas. On reconstruit des parties du visage, et moi ce qui me plaisait, c’était surtout le côté artistique : j’aime créer de nouvelles formes.

Cyril : A la base j’ai fait un master de management, et des études dans l’informatique. J’ai commencé à travailler et j’ai découvert que je préférerais travailler dans un projet dans lequel je pourrais m’investir à 100%. Quand j’ai rencontré Maxime, j’ai tout de suite vu le potentiel de ses créations. Il voulait être autoentrepreneur. J’ai décidé de me lancer avec lui après notre première convention, quand je me suis rendu compte que son univers visuel plaisait. Il a monté l’entreprise, et peu de temps après, j’ai balancé mon CDI, et mon travail. Maxime a quitté son travail en novembre et moi en janvier. Je n’étais pas heureux : j’avais besoin de m’épanouir dans un projet qui serait porteur de sens.

Lorsqu’on a commencé, il nous a fallu tout mettre en place. On a dû créer notre identité visuelle, et notre site internet. Je m’occupe de la gestion administrative et financière dans l’entreprise, mais je suis un peu touche à tout. J’essaie d’avoir une vue générale sur l’entreprise. Je suis dans la gestion et la logistique, même si je gère aussi la création graphique, les modèles, les shootings. J’ai aussi réalisé quelques créations, au début, pour aider Maxime. Je l’ai aussi aidé à réaliser ces bagues, lors des rushs notamment.

Maxime : Maintenant nous avons deux employés qui nous aident.

Nous sommes des Héros au TGS

Caroline : Bonjour, je suis Caroline, je suis une des 4 co-fondateurs. En plus des décisions sur l’avenir de l’entreprise que nous prenons tous ensemble en démocratie, je gère tous les contacts avec l’entreprise (service clients, relations presse, distributeurs, partenaires, etc.) et la communication (marketing, réseaux sociaux, etc).

Globalement, un jour Maxime est venu nous voir (nous sommes ses amis et je suis sa cousine) en nous disant « Tu te rappelles les bijoux de super héros que je faisais le soir pour mon plaisir? Et bien je quitte tout pour vivre de ma passion et me lancer! » et nous avons tous eu le réflexe de dire « je crois en toi, je vais t’aider ». Très rapidement, nous étions tous investis et avons monté une SARL pour nous associer.

François : Salut, je suis François Scholly, 30 ans la semaine prochaine. J’ai obtenu un bac S et effectué un parcours universitaire placé sous le signe de la curiosité : une année en Sciences de la Matière (Physique/Chimie), un DUT informatique, une année en Licence pro Techniques et Activités de l’image du son, un semestre en Licence Maths-Info. Ensuite je me suis engagé dans la Marine Nationale et je suis devenu sous-marinier spécialiste des systèmes d’information et de télécommunications (on imagine pas le nombre de geek qui navigue sous l’eau) pendant 3 ans. Aujourd’hui je suis civil, et je suis responsable des systèmes d’informations pour Nous sommes des héros (webmaster site web, développement logiciel…), et je fais aussi un peu de graphisme et surtout de la post-production vidéo. Je me plais aussi à effectuer les conventions pour rencontrer les gens et leur expliquer comment nous fabriquons nos bijoux et transmettre la philosophie de la marque.

L’esprit de cet entreprise a pris racine dans l’esprit de Maxime il y a longtemps je pense. Lors de l’été 2014, Cyril m’a présenté Maxime qu’il connait depuis l’enfance. J’étais déjà dans la démarche de rompre mon contrat qui me liait avec l’armée. J’ai été fasciné par son travail. Il avait fait la bague « I am the machine » et « I am the anger ». Pour moi c’était l’alliance de la pop-culture et l’élégance. Naturellement avec Cyril, nous avons réalisé la musique d’une vidéo pour communiquer à propos de son art. Maxime nous a présenté sa cousine Caroline qui avait une bonne expérience dans le marketing. Nous nous sommes tous retrouvés dans l’idée fondatrice que chaque être humain a une qualité qui le rend unique et qu’il lui appartient de la révéler (d’en prendre conscience). Énormément d’idées ont émergé à ce moment-là et le projet a commencé à prendre forme. Cyril a quitté son poste d’ingénieur en informatique, et l’entreprise « Nous sommes des héros » a véritablement vu le jour en mars 2015.

2) Quelle la philosophie de Nous sommes des héros ?

L’équipe : Nous croyons au pouvoir de l’intention, au pouvoir des idées. Ce sont elles qui nous permettent de rêver, de créer, de s’aimé-liorer. Nous pensons que ce sont elles qui induisent le senti- ment de bonheur chez l’être humain.

Les bijoux ont une fonction sentimentale qui est un vecteur de souvenir, une sorte de madeleine de Proust, car on y associe consciemment ou pas, une personne, une chose, un lieu, une expérience…

Le port du bijou active ces souvenirs.

Nous sommes persuadés que nous avons tous un pouvoir en nous, une qualité qui nous rend unique et qu’il nous appartient de révéler donc que Nous Sommes Des Héros.

Nous souhaitons propager cette idée et améliorer l’univers qui nous entoure grâce à la bijouterie.

3) Qu’est-ce que le Galaxium ?

Maxime : Le Galaxium est une formule que nous avons créée à partir du chrome cobalt. Le chrome cobalt est un alliage utilisé dans le milieu médical et l’aéronautique : on en fait des réacteurs de fusées. Il fond à 1800 degrés, contrairement à l’or qui fond à 800 degrés. Le chrome cobalt est une sorte de pépite en métal. C’est un des alliages les plus résistants au monde, et il est hypoallergénique. On a créé notre propre formule que nous avons appelée Galaxium.

Au début, on faisait beaucoup de tests pour trouver la formule adéquate. J’ai notamment fait quelques essais avant de comprendre comment colorer le métal. Je me suis rendu compte qu’on pouvait obtenir des couleurs en chauffant le métal un certain temps, à une certaine température. Le métal va s’oxyder. L’oxydation du métal, c’est ce qui donne sa couleur.

Maintenant que l’entreprise s’est développée, nous avons embauché un fondeur qui réalise notre métal.

4) A partir de quels autres matériaux travaillez-vous ? 

Maxime : On travaille toutes les matières utilisées chez les bijoutiers : or, bronze, diamant, pierres précieuses…On a aussi repris le concept de céramique dentaire : on l’utilise pour obtenir des couleurs traditionnelles, notamment sur le modèle tortue ninja, même si le matériau est plus fragile que le Galaxium.

5) Pourriez-vous nous expliquer pourquoi votre façon de travailler est une petite révolution dans le monde de la bijouterie ?

Maxime : Ça c’est parce que je viens du milieu de la prothèse ! Les techniques que j’emploie n’ont jamais été appliquées en bijouterie. Un bijoutier fait de la soustraction de matière : il sculpte sur la cire pour obtenir des bijoux. Nous on fait l’inverse : on fait de l’addition de matière, on rajoute de la matière sur une base en cire. On aime bien montrer notre savoir-faire, en convention notamment.

Cyril : En plus, grâce au Galaxium on peut faire des sculptures très fines.

Maxime : Mes premiers bijoux, je les créais sur mes doigts, et j’ai remarqué que les anneaux n’étaient finalement pas adaptés à la forme de nos doigts. Ils sont ovales, et les anneaux classiques sont ronds. Du coup, j’ai décidé de créer les anneaux ovales pour que leur forme épouse parfaitement nos doigts. Le fait que la bague soit ovale, va permettre que l’on puisse passer sur l’articulation, qui va retenir l’anneau.

Cyril : C’est aussi parce qu’on est des passionnés de figurines ! On voulait que les motifs de nos créations ressemblent à des figurines, que ce soit sur la bague ou en dehors. Généralement, les bijoutiers créent la base de l’anneau, puis sculptent des pierres ou des motifs en métal par-dessus. Nous, on les sculpte comme des figurines.

6) Est-ce que Nous sommes des héros réalise des créations personnalisées ?

Cyril : Oui c’est la moitié de notre activité ! On a aussi créé notre gamme de bijoux.

Maxime : Nos créations personnalisées sont plus onéreuses que les modèles de notre gamme, mais moins coûteuses que si elles étaient réalisées en or blanc. Cela permet à nos clients d’avoir un bijou de qualité, à moindre coût. L’or blanc est un métal qui s’oxyde, tandis que le Galaxium est un matériau résistant dans le temps.

Cyril : Pour nous, l’important, quand on réalise un bijou personnalisé, c’est d’offrir à notre client un bijou de qualité, qui lui ressemble.  D’abord, on va échanger avec la personne qui veut un bijou personnalisé. Soit la personne n’a aucune idée de ce qu’elle veut, et nous envoie des photos de nous univers dont Maxime s’inspire ; soit la personne sait exactement ce qu’elle veut. A partir de ces deux points-là, Maxime travaille sur la cire. Une fois que le modèle est validé après cinq ou six versions différentes, on le réalise en Galaxium. Il faut compter 4 mois.

Cyril : Là où les autres bijoutiers personnalisent quelques éléments, nous, nous créons entièrement le bijou. On aime réaliser des bijoux pour des personnes, pour qu’elles les portent, pour qu’elles se sentent bien. On essaie toujours de s’adapter au budget des clients. On leur propose des facilités de paiement. Les prix sont très abordables. Il faut compter 400/500 euros au maximum pour deux alliances.

On s’est rendus compte que la bienveillance et l’humanité nous rapportaient plus sur tous les plans ! Jusqu’à présent, on n’a rencontré que des gens honnêtes et adorables. Ils nous font confiance, on leur fait confiance. On réalise nos bijoux avec amour. Et c’est ce dont on a besoin dans le monde aujourd’hui ! C’est notre philosophie.

7) Quel est votre bijou préféré ?

Maxime : Dernièrement, c’est une édition collector qui sortira cet été pour studio canal. Cette année James Cameron ressort Terminator 2 au cinéma. On a créé une édition collector d’une figurine Terminator qui est à la fois une bague, un pendentif, et sur lequel on peut clipser plusieurs visages. Il s’agit d’une figure et d’une figurine qui contient deux bijoux.

Caroline : Difficile à dire, je les aime tous! Ils ont tous une histoire et à mes yeux, ils ont tous une forte valeur.

François : Il y en a beaucoup mais je vais choisir : le bracelet Steam Wrist, la bague « I am the machine » (galaxium, casque en bronze, cristaux bleus sertis dans les yeux), ma bague « I am the submariner » (c’est l’insigne de mon équipage de sous-marinier) et le pendentif « I am the bomb ».

8) Quelles pièces projetez-vous de créer prochainement et pourquoi ?

Maxime : Là prochainement, je vais développer une collection pour Blizzard, et les différents univers qu’ils proposent notamment Hearsthstone et Over watch.

9) Combien de temps vous faut-il pour créer une pièce ? 

Maxime : Pour un modèle de la collection déjà existant, il faut 4 heures. ¨Pour une création originale en comptant la sculpture sur cire, 15 heures.

10) Avez-vous prévu de développer des bijoux en partenariat avec des boîtes de production ou d’autres artistes ?

Maxime : Blizzard, Studio Canal, Warner…Nous avons plusieurs partenaires ! D’ailleurs, on sort nos bagues chevaliers du Zodiaque ce mois-ci ! Celle du lion sort le 25 mars.

11) Quel est votre héros ou votre héroïne préféré(e) ?

Maxime : A une époque j’aimais beaucoup Tony Stark, d’Iroman. Ces derniers temps, j’aime Aquaman. J’aime bien Constantine, aussi.

Cyril : Moi ce serait plutôt Nick Fury, ou The Spirit…Je n’aime pas forcément les pouvoirs magiques et les gros muscles, je préfère plutôt les gros cerveaux. J’aime ce genre de personnages.

Caroline : Toute héroïne féminine : Wonderwoman, Supergirl, …

François : Batman et Doctor Strange

Leur stand en convention

12) Quels sont les futurs projets de Nous sommes des Héros ? 

Cyril : On a des petits projets avec des stylistes pour créer des vêtements inspirés du cosplay ; on aimerait aussi faire des bagues porteuse d’une nouvelle forme de technologie. Pour l’instant, on préfère bien poser les bases de notre entreprise, car tout vient à point à qui sait attendre.

Caroline : J’envisage une suite très positive, en plein essor ! Je pense que notre philosophie (Parce qu’il y a un héros en chacun de nous) est universelle et que les gens comprennent que plus des bijoux, nous créons des artefacts légendaires ultra personnalisés qu’ils pourront garder toute leur vie et transmettre.

François : Nous allons décrocher le contrat de licence Warner Bros qui va nous permettre de produire des artefacts légendaires d’exception. Nous allons rayonner par la publicité sur les réseaux sociaux et cela va accentuer le phénomène de « bouche à oreille ». Nous continuerons de fabriquer nos artefacts de manière artisanale car nous souhaitons promouvoir l’artisanat Français et la culture de l’objet unique parce que chaque être humain l’est. Il y a d’autres projets de développement qui sont en cours qui touchent à la formation et au milieu de la mode. J’invite les curieux à venir nous rencontrer en convention ou à la forge pour en savoir plus.

Skeeter

Skeeter est née le même jour que Chuck Norris, ce qui lui a conféré d'incroyables talents. Après une brillante scolarité au sein de l'école de sorcellerie Poudlard, elle est devenue professeur dans l'école pour jeunes surdoués. Elle prévoit d'épouser son collègue Wolverine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *