In the Flesh ou quand les zombies pleurent - La Gazette du Geek

In the Flesh ou quand les zombies pleurent

Share Button

In the Flesh est une série britannique dont nous souhaitions vraiment vous parler

in the flesh kieren walker
Luke Newberry dans le rôle de Kieren Walker

Au pays des morts-vivants, qui a vraiment le vent en poupe depuis ces dix dernières années, il n’y a pas que l’excellente série The Walking Dead à proposer sa version du zombie. En effet, dans un registre radicalement différent, il y a également In the Flesh. Résolument plus tournée vers la dimension humaine que les autres fictions, cette mini-série, qui comprend à l’heure actuelle deux saisons (en tout 9 épisodes), est avant tout bien éloignée des grosses machines commerciales du genre.

L’histoire nous place dans le quotidien du petit village de Roarton, alors que des milliers de morts sont revenus à la vie quatre ans auparavant. Après cette Résurrection massive, le gouvernement est finalement parvenu à trouver un traitement pour réintégrer les morts-vivants. Toute la problématique repose sur le fait que durant quatre ans, ces personnes, qui ont maintenant retrouvé tous leurs esprits, ont attaqué les vivants.

in the flash amy et kierensimon in the fleshIn the Flesh suit plus particulièrement le parcours de Kieren, un adolescent revenu à la vie pendant la Résurrection. Réhabilité, il est, comme des milliers d’autres, renvoyé à sa famille qui le croyait perdu pour toujours. À mi-chemin entre la série pour ado et la critique ouverte de l’intolérance, la série explore la part d’humanité de chacun. Dans la première saison, l’une des plus grandes difficultés pour Kieren est de parvenir à se pardonner lui-même pour ses atrocités commises dans sa phase de réveil. Sa sœur, qui faisait partie de la milice qui luttait contre les zombies, a elle-aussi beaucoup de mal avec le retour de son frère.

jem walker in the flesh
Jem, la sœur de Kieren

Montrer le point de vue du mort-vivant n’est pas une nouveauté. Le film Warms Bodies, sorti en 2013 et adapté du roman d’Isaac Marion proposait déjà de voir comment il était possible de faire revenir les « damnés » à l’état d’êtres humains. Néanmoins, In the Flesh traite le sujet sur un ton beaucoup plus sérieux. Si vous connaissez la série française Les Revenants, vous avez déjà une petite idée de ce à quoi peut ressembler cette histoire, bien que l’ambiance qui règne ne soit vraiment pas la même.

In the Flesh zombiesConcrètement, In the Flesh s’efforce de montrer des opposés et des contrastes. Par exemple, on peut observer la haine avec laquelle le pasteur de la paroisse de Roarton prêche contre les morts-vivants au sein d’une communauté où les mentalités ont bien du mal à évoluer. La peur des habitants à l’égard des personnes atteintes du Syndrome de la Mort Partielle (c’est la dénomination qui leur est donnée par l’état) peut toutefois sembler légitime, car les malades doivent recevoir une injection quotidienne, sans quoi ils redeviennent systématiquement. C’est donc avant tout l’incompréhension qui règne entre deux mondes : d’un côté, beaucoup de vivant ont peur, de l’autre, les « partiellement décédés » se sentent rejetés et coupables. Luke Newberry, l’acteur qui incarne Kieren, livre d’ailleurs une prestation pleine de sensibilité et de justesse, ce qui rattrape parfois la lourdeur de certains flashbacks.

Cette situation, sans vous en dévoiler davantage, va engendrer un climat d’extrémisme dans les deux camps qui sera la toile de fond principale de la deuxième saison… mais vous en saurez plus en la regardant !

in the flesh centre de rééducation
Les personnes atteintes du Syndrome de la Mort Partielle, en centre de rééducation

En conclusion, nous pouvons dire que la série joue de manière très intelligente avec les genres afin de surprendre le spectateur. Elle ne verse jamais dans le mélodrame et parvient à distiller un peu d’humour tout en livrant une représentation assez crédible de la nature humaine. C’est un divertissement qui propose d’explorer le deuil d’une autre manière. Celui des vivants, mais aussi celui des morts qui sont revenus à la vie. Un concept singulier que l’on retrouve un peu, sous une autre forme bien sûr, dans le film de Neil Jordan tiré du roman d’Anna Rice, Entretien avec un vampire.

Vous l’aurez compris, In the Flesh devrait radicalement vous changer de The Walking Dead. Cependant, si vous aimez le second, rien ne vous empêchera d’apprécier le premier à sa juste valeur, les rédacteurs de La Gazette du Geek en sont la preuve !

Crall

Seigneur des geeks de toute la terre, fondateur et rédacteur en chef de La Gazette du Geek, force de la nature mais, surtout, geek qui boit du vin et mange des paupiettes de veau à quatre heure du matin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *