Rédacteur web et geek ? - La Gazette du Geek

Rédacteur web et geek ?

Share Button

Cette semaine, je prends un peu de temps pour faire le point sur le blog. J’ai en effet laissé mon activité de rédacteur web et de blogueur de côté pendant quelques temps.

La création de contenu rédactionnel, sur internet, c’est devenu un peu n’importe quoi. Bon, le phénomène n’est pas nouveau, mais je dois dire qu’il tend de plus en plus à s’agraver. En tant que rédacteur web freelance et fondateur de La Gazette du Geek, c’est quelque chose que j’ai pu constater en l’espace de quatre ans. Je vous en dis un peu plus.

Rédacteur web : un métier de passion

C’est indiscutable, le statut de micro-entrepreneur comporte beaucoup d’avantages, notamment en matière de cotisations sociales et d’impôts. Cependant, dans le secteur ultra-concurrentiel du digital, où bon nombre d’agences sont prêtes à faire appel à des rédacteurs web offsore, le constat n’est pas idyllique. Loin de là, même.

Quand j’ai co-fondé le site, en 2014, j’avais déjà derrière moi une longue « carrière » de rédacteur bénévole orienté gaming. Pour tout vous dire, j’ai même commis quelques méfaits sur jeuxvideo.com, en 2013, à l’époque où j’y ai décroché un stage. C’était le bon vieux temps, je me formais au SEO tout en testant des jeux gratuitement, je finissais mes études de lettres, et j’encadrais une équipe d’une dizaine de rédacteurs. Bref, je m’éclatais, je me sentais compétent. Et je dois dire, sincèrement, que je l’étais et le suis toujours.

Seulement voilà, en lançant ma micro-entreprise, je me suis heurté à une réalité.

Travailler pour la gloire, je ne crois pas

En créant la Gazette du Geek, j’ai trouvé, en partie, ma voie. Ecrire pour le web, j’ai toujours aimé ça. C’est donc tout naturellement que je me suis professionnalisé, enchaînant les commandes pour plusieurs clients, y compris un assez grand groupe de presse. Et c’est là que les ennuis ont vraiment commencé.

Dans un climat de concurrence, où vous êtes littéralement sur un siège éjectable, vous n’avez pas voie au chapitre. Mes premiers contacts avec mes clients ont toujours été bons, mais je n’ai que rarement pu facturer à un prix décent. A chaque fois que j’ai défendu mon tarif, cela s’est terminé par « je n’ai pas le budget » ou « je reviens vers vous ». Je me souviens, notamment, d’une agence web qui souhaitait me payer entre 6 et 8 euros les articles de 500 mots. C’est le cas le plus extrême, mais j’ai aussi connu pas mal de 8 – 12 euros pour un volume similaire.

A mon grand dam, il m’est arrivé d’accepter deux fois. Quand vous n’avez vraiment plus le choix, vous ne reculez pas. Rédacteur web, c’est un beau métier pourtant. Vous apprenez pas mal de choses, et vous êtes à l’affût des évolutions du SEO.

Rédacteur web : continuer à se former

Les plateformes de freelance ne sont pas forcément le vrai problème des rédacteurs web. Je parle d’expérience, et pense notamment aux groupes bien implantés, qui se permettent pas mal de libertés avec nous. Le refus de signer un contrat qui me permettrait d’être payé dans des délais corrects,  et des délais de paiements qui passent subitement à soixante jours fin de mois. Ça, c’est déjà trop, et ça m’a déjà mis dans une situation particulièrement inconfortable en 2016. Et quand on a l’audace de le faire remarquer avec diplomatie, on est remplacé.

Je me souviens malgré tout d’une jeune chef de projet qui avait la charge de faire passer des entretiens à des freelances en rédaction. 12 euros l’article de 700 mots, c’était le « prix » proposé par le client, un site orienté « culture geek ». La pauvre se lançait dans la vie active, et ne devait pas réaliser qu’en acceptant de travailler dans ces conditions, elle contribuait à planter toute la profession.

C’est à ce moment-là que j’ai décidé de me former, avec mon budget. A l’époque, je vivais dans le Nord de la France, et j’ai lâché plus de 400 euros de ma poche pour suivre une demi-journée de formation dédiée aux réseaux sociaux et à la communication digitale. Ce fut plus l’opportunité de réseauter qu’autre chose, et tant mieux. Le contact avec le formateur m’a permis de décrocher des missions, juste avant que je ne change de région.

Community management et jeux vidéo

La Gazette du Geek, pendant ce temps, n’a pas cessé de grandir. Mais c’est aussi à cette époque de changement géographique (mai 2017) que je l’ai complètement « abandonnée ».

Je venais de rejoindre un jeune studio de jeux vidéo, et cette aventure m’a littéralement happé. La Gazette du Geek est resté bien loin de mes préoccupations pendant plus d’un an. Sur mon temps libre, je préférais tout simplement partir en randonnée… Et je dois dire que, même si j’envisage de reprendre la plume plus souvent, je préfère désormais la nature.

Le digital, c’est bien, mais ce n’est pas la vraie vie. Désormais, je me consacre au sport, et m’éloigne lentement des écrans. J’ai adoré suivre l’actu geek, et je la suis encore. Le site a donc encore de beaux jours devant lui, mais pas comme avant !

Cependant, si vous avez besoin des services d’un rédacteur web geek, vous pouvez toujours vous rendre dans la rubrique contact 😉

Crall

Seigneur des geeks de toute la terre, fondateur et rédacteur en chef de La Gazette du Geek, force de la nature mais, surtout, geek qui boit du vin et mange des paupiettes de veau à quatre heure du matin.

2 pensées sur “Rédacteur web et geek ?

  • 4 octobre 2018 à 6 h 35 min
    Permalink

    Merci pour ce témoignage, car je suis intéressé par la rédaction web, je vais en profiter pour visiter ton site qui a l’air passionnant. Bonne continuation (ou renaissance) dans ta nouvelle voie !

    Répondre
    • 5 octobre 2018 à 13 h 11 min
      Permalink

      Merci pour ton commentaire 🙂 Je te souhaite de réussir dans ton entreprise !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *