La ZeratoR Trackmania Cup : quelle belle vitrine pour l'e-sport ! - La Gazette du Geek

La ZeratoR Trackmania Cup : quelle belle vitrine pour l’e-sport !

Share Button

Ce samedi 25 juin, la quatrième ZeratoR Trackmania Cup s’est déroulée au Grand Rex dans une ambiance de folie. Au bout d’un final haletant, c’est l’espagnol JaviFlyer qui a remporté cette édition dans une ambiance extraordinaire qui met encore un peu plus en lumière l’e-sport.

La salle du Grand Rex de Paris est connue pour être la première salle française dans laquelle les films les plus attendus sont diffusés en avant-première. Pourtant, ce samedi 25 juin, c’est bien un show d’e-sport qui a lieu dans la célèbre salle 2 du bâtiment. Pour la première fois depuis sa création, la ZeratoR Trackmania Cup se déroulait en show offdans une salle décorée telle un amphithéâtre romain. Alors que le public venu en masse prenait place ou traînait dans le hall afin d’acheter quelques goodies, à l’écran passaient les meilleurs moments de la dernière Trackmania Cup, qui avait vu le canadien Carl Jr l’emporter. Ce dernier était d’ailleurs de nouveau présent afin de remettre son titre en jeu.

Récit :

Peu à peu, les deux étages de la salle se remplissent. On y attend avec impatience l’arrivée du maître de cérémonie. ZeratoR entre finalement en scène, à bord d’une petite voiture bleue semblable à un jouet pour enfant :

« Bonjour à tous ! Et merci à vous tous, surtout les parents et les gens qui ne vont rien comprendre pendant trois heures et à qui on devra expliquer ! » lance t-il avec un brin de malice, afin de lancer officiellement le début de cette soirée.

ZeratoR
Un maître de cérémonie complètement déjanté
Des demies finales survolées et la pression du public

Sans plus attendre, la présentation des huit finalistes commence : le champion sortant, Carl jr, et son compatriote canadien Wally, sont acclamés tout comme les français Bren, Ayako et Aurel. De leur côté, l’espagnol Javiflyer, « le plus timide et anxieux de tous » dixit ZeratoR, et les deux allemands Riolu et RaceHans se font plus silencieux, se contentant de répondre aux questions qui leur sont posées en anglais. D’emblée, les deux groupes de demi-finales se forment et les participants découvrent les circuits sur lesquels ils vont concourir. Le principe est simple, les quatre joueurs s’affrontent sur le mode coupe du jeu : les deux premiers à atteindre les 100 points accèdent au statut de finaliste. Le gagnant, quant à lui, ne pourra valider sa place qu’en terminant premier d’une course.

Voici les huit finalistes qui se sont affrontés durant cette compétition
Voici les huit finalistes qui se sont affrontés durant cette compétition

Alors que la soirée vient de débuter, quelque chose nous saute aux yeux : ZeratoR excelle dans l’exercice du maître de cérémonie. Une présence constante, des interactions avec le public et des petites touches d’humour bien senties, le youtuber est très juste dans sa prestation. Il s’offre même le luxe de laisser le micro à DominGo ou Narkuss, tandis qu’il se tourne et s’allonge au bord de la scène, tournant allègrement le dos au public. Il tente même de meubler le temps d’attente lors de la défaillance d’une manette !

Trackmania cup.jpg 3.jpg 4
Sur la scène, les quatre premiers demis finalistes ont pu se mesurer les uns aux autres devant un public survolté

Sans plus tarder, c’est le quatuor : Bren, Ayako, Javiflyer et RaceHans commencent, tandis que les quatre autres vont en coulisses pour patienter. Avant que la course ne commence, les quatre demi-finalistes s’installent dans un fauteuil pendant que ZeratoR procède à l’interview d’avant course avec, à la clé, de petites anecdotes :

« Sachez avant toute chose qu’Ayako est le seul joueur utilisant son clavier dans cette phase finale ! » 

La première demi-finale commence. Elle est littéralement survolée par le joueur français Bren, qui se qualifie très rapidement et sans difficultés. En ce qui concerne Ayako, même s’il remporte quelques courses avec brio, les encouragements du public ne sont pas suffisants pour le jeune français, et c’est l’espagnol Javiflyer le second qualifié pour la finale.

Du côté de l’autre demi-finale, les participants sont : Aurel, Riolu, Wally et le champion en titre Carl Jr, « qui a failli ne pas accéder à la demie finale cette année » rappelle ZertaoR. Très rapidement, le canadien double tenant du titre et prend les choses en main. Il enchaîne les bonnes courses et se qualifie très rapidement, tandis que les trois autres sont au coude à coude. C’est le canadien Wally qui tire son épingle du jeu et se qualifie. A chaud, après toutes les courses, le français Ayako confie :

« le public rajoute une pression supplémentaire, ce n’est pas une excuse mais j’avais les mains moites et les doigts qui glissaient sur les touches. »

Face à cela, chacun a sa petite méthode pour se mettre dans sa bulle : sous le casque antibruit beaucoup se mettent de la musique tandis que d’autres amplifient le son du jeu pour rester à 100% dans la course.

Un soir de première et un final à couper le souffle

Pour le directeur de la boîte de production qui gère l’événement, Nicolas Di Martino, la soirée se passe comme dans un rêve :

« C’est le plus gros événement réalisé sur le jeu Trackmania, il y a 2500 personnes au grand Rex, plus les personnes qui regardent sur Twitch. Quand on a décidé de faire la Cup au Grand Rex on pensait pas qu’il y aurait un tel engouement. »

En effet, en plus des 2500 personnes dans la salle parisienne, l’événement était retransmis en français et en anglais. Au total, c’est 27 000 personnes qui assistaient à la Trackmania Cup. En ce qui concerne l’organisation de l’événement, et notamment pour les joueurs, M Di Martino précise

« On paye les billets d’avions et l’hôtel pour les huit finalistes, et pendant les quelques jours où on vit ensemble, on fait tout pour les mettre dans les meilleures conditions. »

Il est à noter que Bren et Carl Jr font d’ailleurs partie d’une équipe officielle d’e-sport, dont ils portent la tenue bleue : Team Dignitas.

Trackmania cup.jpg 4
Les quatre finalistes de gauche à droite : Javiflyer, Bren, Wally et Carl Jr. ZeratoR au centre

Après une interruption plus longue qu’à l’accoutumée, la finale peut enfin débuter. Les joueurs découvrent les cinq circuits sur lesquels ils vont courir : Batman, HTD Plass, Moustique, QCM et Badgers. Pour la finale, le quota est de 120 points à atteindre avant de valider cette victoire par une dernière pôle. Rapidement, cinq courses sur le circuit Batman posent problème à Carl Jr, le canadien ressort dernier avant le changement de circuit, tandis que dans le même temps, l’ambiance au Grand Rex est bouillante. Pour HTD Plass la tendance se confirme, Carl Jr est dernier au nombre de points et c’est Javiflyer qui est en tête, talonné de très près par Bren. A mi course, l’écart entre Javiflyer le premier, et Carl Jr le dernier, est de 40 points, chiffre qui semble insurmontable. D’autant plus que Bren lui aussi est performant dans les courses et que Wally tient bon, malgré une différence de niveau importante.

A mesure que la finale avance, le public s’enhardit. Tout d’abord parce que Javiflyer est proche de la victoire, il est le joueur le mieux placé pour l’emporter et qu’il ne semble y avoir personne pour contester cela. Cependant, l’orgueil du champion qu’est Carl Jr va se faire entendre : il enchaîne les courses de haute volée pour entamer une remontée fantastique, il dépasse Wally, puis Bren et arrive au coude à coude avec Javiflyer. Tant et si bien que la dernière course sur Badgers est un avant-goût de la suite. Très rapidement, Javiflyer part à la faute et abandonne. A mi-course, Carl Jr est premier et va être le premier à atteindre 120 points. Seulement voilà : Bren fait son retard et à chaque virage pris à la corde, le public pousse des exclamations. Lors du saut final tout le monde retient son souffle et la victoire du canadien crée de premières ivresses au sein du public.

Carl Jr peut donc être champion sur le circuit Batman, celui du début qui lui a donné tant de difficultés. La première course s’inscrit dans la continuité : du suspense et des rebondissements parfaitement servis par une arrivée très étroite et compliquée, ce qui peut tout changer. Malgré une très bonne course de tous les participants, c’est Bren qui arrive premier, et Javiflyer qui prend les points, ce qui lui permet d’être finaliste également. Alors que la troisième course commence, Carl Jr prend les commandes de la course et on pense que personne ne pourra empêcher le canadien de remporter sa troisième Trackmania Cup. Et bien non ! A l’arrivée, ce dernier décide de prendre un autre chemin qu’il estime être plus court. Une erreur, puisqu’il maîtrise mal sa trajectoire et voit Bren lui voler la première place in extremis !

Javiflyer soulevant la Trackmania Cup
Javiflyer soulevant la Trackmania Cup

Le public est en délire alors que la dernière course propose trois vainqueurs potentiels. Il scande même les noms des trois favoris pendant la course. Le premier fait notable, c’est que Bren ne réussit pas à confirmer et s’éloigne du titre : le mano à mano se fera entre Carl Jr et Javiflyer. Une fois encore, le canadien tient la corde et à quelques encablures de l’arrivée, le public scande déjà le nom de celui qu’il pense être son futur champion. Mais malheur ! Carl Jr commet la même faute que lors de la dernière course en changeant d’itinéraire, et le temps se suspend en un instant de silence lorsque Javiflyer dépasse la ligne d’arrivée. Un instant de silence bien vite interrompu par l’explosion de joie du public, qui résonne à l’unisson avec celle du joueur espagnol lorsqu’il brandit le poing : il a remporté la quatrième Trackmania Cup !

A l’issue d’une dernière course, Bren finit deuxième de la compétition, tandis que Wally et Carl Jr, se partageant les gains, ne seront pas départagés par une place. Pourtant, l’ivresse collective continue, le public scande « Javi ! Javi ! » en hommage à l’espagnol qui l’avait annoncé un peu avant la finale « I’m gonna beat Carl Jr » (je vais battre Carl Jr). Un drapeau ibérique est même déployé. Pour les autres finalistes, c’est la déception qui prime, même si tous saluent la victoire de Javiflyer. Cependant, Carl Jr prévient :

« je reviendrai l’année prochaine pour prendre ma revanche ! »

Une vitrine pour l’e-sport.

A la fin de cette soirée,  que retenir ? Tout d’abord que cette Trackmania Cup a été un véritable succès. Avec 2500 personnes au Grand Rex, plus celles et ceux qui regardaient sur Twitch, le nombre de spectateurs a atteint un pic de 33000 spectateurs. ZeratoR a parfaitement tenu son rôle de M. Loyal de la soirée et le public y a été très réceptif. Du suspense, de la folie et un beau champion : le spectacle était au rendez-vous. En d’autres termes, tout laisse penser que la prochaine édition a un bel avenir devant elle, tout comme l’e-sport sur ce type de jeu.

Une petite remarque sur la polémique naissante qui affirme que les filles ne sont pas assez représentées dans les team d’e-sport : certes, aucune femme n’était qualifiée pour les demi-finales, mais le public comptait tout de même un très large contingent féminin. Il serait dommage que l’e-sport s’enlise dans cette polémique, alors que ce sport est en passe de prendre une toute nouvelle dimension !

Une pensée sur “La ZeratoR Trackmania Cup : quelle belle vitrine pour l’e-sport !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *