Notre avis sur Le Hobbit : La Bataille des Cinq Armées - La Gazette du Geek

Notre avis sur Le Hobbit : La Bataille des Cinq Armées

Share Button

Avis à la population geek : le dernier volet des aventures du Hobbit est sorti dans les salles. En bons petits soldats, nous avons dompté la bête !

Le Hobbit 3 : critiqueL’ombre du Seigneur des Anneaux ne s’est pas encore dissipée que Peter Jackson termine cette année son périple en Terre du Milieu. Cette fois, c’est la bonne, le dernier chapitre de Bilbo le Hobbit est à présent clos. Mais que vaut ce troisième épisode, après deux opus qui n’ont pas fait l’unanimité parmi les fans et la critique ?

Un Hobbit héroïque et fantasy

Gandalf dans le Hobbit la Bataille des Cinq ArméesL’histoire du film, vous vous en doutez certainement, prend directement place juste après la fin de La Désolation de Smaug. Alors que la compagnie des nains et Bilbon viennent de réveiller le dragon et récupèrent la Montage Solitaire, nous assistons donc à la suite des événements. Au passage, rappelons que Gandalf a été capturé par le Nécromancien (Sauron) ! Que va-t-il advenir de tous les personnages ?

Nous ne répondrons évidemment pas à cette question, car nous ne sommes pas là pour spoiler l’histoire, mais bien pour vous livrer une critique constructive du film. Pour commencer, ce qui frappe dans La Bataille des Cinq Armées, c’est avant tout le fait qu’il porte particulièrement bien son nom. En effet, rarement on avait pu voir un tel déferlement de combats à l’épée à et l’arc. Il n’y a presque aucun temps mort dans ce dernier volet. Si Peter Jackson nous avait habitués à une ou deux décapitations par film, cette fois les scores décollent prodigieusement.

Thorin et Bilbon dans le dernier volet du Hobbit
Thorin et Bilbon

Elrond, le HobbitEt c’est peut-être là, pour commencer, que tout le monde n’y trouvera pas son compte. Sur la question des combats, il est vraisemblable que deux écoles s’affronteront. D’un côté les fans de Peter Jackson, pour qui la bataille du Gouffre de Helm dans Le Seigneur des Anneaux : Les Deux Tours n’était pas assez longue, de l’autre, les purs et durs qui appréciaient aussi l’aspect presque « authentique » de la première trilogie du réalisateur. En somme, si vous n’avez pas apprécié les deux premiers Hobbit, ce n’est pas le troisième qui vous fera changer d’avis. Pourtant, beaucoup de personnes oublient, avant de critiquer cette nouvelle trilogie, que l’œuvre à l’origine du film n’est clairement pas écrite avec la même intension et la même vision que Le Seigneur des Anneaux.

Tolkien n’a pas conçu et envisagé les deux textes de la même façon. Il serait donc injuste de reprocher à ce troisième volet de s’éloigner des premiers films de Peter Jackson…

Mais… pourtant

Azog dans le dernier HobbitOui, pourtant… il faut bien dire qu’il y a une certaine démesure dans La Bataille des Cinq Armées qui fait qu’on perd un peu de vue l’univers original. Même s’il possède les qualités indéniables d’un divertissement haut de gamme, ce troisième épisode ne met pas à profit la personnalité des individus et se concentre peut-être un peu trop sur le spectaculaire. Là où La Désolation de Smaug représentait une sorte de montée en puissance assez impressionnante, et même rafraichissante, le troisième film met un peu trop l’accent sur l’annonce de la bataille pour la possession de La Montagne Solitaire et de ses richesses.

Si Richard Armitage (Thorin), Martin Freeman (Bilbon) et Luke Evans (Barde) voient leur personnage garder un peu de leur charisme et de leur teneur, tous les autres, même Gandalf, sont littéralement noyés dans le flot des combats. Ajoutez à cela la suite de l’intrigue amoureuse entre l’elfe Tauriel et le nain Kili qui, décidément, est aussi mièvre que ridicule en comparaison de celle d’Aragorn et Arwen, et vous comprendrez ce qu’il en est : la profondeur et le lyrisme sont absents de ce divertissement. Pour autant, on ne peut pas reprocher à ce dernier volet de manquer de piquant.

Tauriel et Legolas dans le HobbitEn effet, en plus de très bonnes trouvailles dans la réalisation des combats et d’un brin d’humour -certes parfois un peu poussif- le troisième épisode des aventures de Bilbon ne fait pas tâche sur le podium des blockbusters. Le problème, c’est peut-être qu’il s’agit d’un blockbuster qui ne s’adresse pas au bon public : sans faire de mauvais esprit, il faut bien dire que beaucoup de fanboys espéraient plus de chansons paillardes de hobbits et une manière peut-être plus sobre de traiter l’univers de Tolkien. Assurément, ils seront déçus, voire dégoûtés par un Legolas indestructible qui passe plus de temps à se battre qu’à déclarer qu’un « soleil rouge se lève » parce que « beaucoup de sang a dû couler cette nuit ».

On achève bien le Hobbit

Martin Freeman le HobbitPuisque l’heure est venue de conclure, nous dirons simplement à nos lecteurs que cette incursion finale en Terre du Milieu n’a pas la saveur d’antan, mais qu’elle reste bien au-dessus de la majorité des super-productions actuelles. Ce troisième volet ne manque pas d’action, et vous ne vous ennuierez pas. Cependant, il est tout de même nettement moins immersif que les films précédents. Visuellement, c’est la claque, rien à dire. En revanche, Jackson est cette fois un peu too much. Tout dépend de votre sensibilité, en tout cas La Gazette du Geek y a trouvé son compte et nous regrettons pas notre déplacement au cinéma : nous avons croisé Gandalf, mais chut, ça reste entre nous hein ?

Gandalf dans le Hobbit

Crall

Seigneur des geeks de toute la terre, fondateur et rédacteur en chef de La Gazette du Geek, force de la nature mais, surtout, geek qui boit du vin et mange des paupiettes de veau à quatre heure du matin.

2 pensées sur “Notre avis sur Le Hobbit : La Bataille des Cinq Armées

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *