Le Naia Museum : Ce qu'il ne faut pas manquer dans ce musée d'imaginaires geek

Le Naia Museum : la culture geek s’exprime dans le plus beau village de France

Share Button

Au sein de Rochefort-en-Terre, le village préféré des Français élu lors de l’édition 2016, se trouve un musée où s’exprime l’art et la culture geek. Le Naia Museum est une parenthèse enchantée autour des belles bâtisses de la commune bretonne pour des prix abordables. Les œuvres exposées sont issues d’artistes méconnus inspirés par la littérature et l’imaginaire geek.

Le musée est situé au cœur du parc du château de Rochefort-en-Terre, ouvert au public de 10h à 19h. Le musée, quant à lui, est ouvert de 10h30 à 18h30. Le bâtiment ne se démarque pas réellement parmi les magnifiques bâtisses du village. L’entrée dans le musée se fait via la boutique de celui-ci et c’est peut-être un élément dommageable. En effet, commencer la visite par la boutique peut gâcher la surprise pour certaines personnes.

Le Naia Museum un espace de libertés pour les créateurs

Pour pouvoir entrer dans le musée, il faut débourser environ 6€ ou 4€ pour les conditions spéciales (retraités, étudiants, chômeurs). Une fois le prix réglé, vous pouvez débuter la visite. Il faut compter environ 30 minutes, voire trois quarts d’heure, pour boucler les 5 salles que compte le Naia Museum.

Naia Museum Tableau Rosalski

L’entrée se fait donc via un rideau fin avant de pouvoir entrer dans la première salle. Très rapidement, le visiteur est assailli par les premières œuvres à la fois étranges et inquiétantes. Chaque création inspire des sentiments divergents. La plupart vous inspireront une sensation personnelle allant du malaise à la fascination.
Entre objets ésotériques, masques de créatures futuristes ou même tableau fantastiques, des univers éclectiques s’ouvrent à vos yeux. Par exemple vous pourrez trouver une citation de Morpheus dans Matrix :

Nous ne savons pas qui a commencé, nous ou les machines. Mais nous sommes sûrs d’une chose, c’est nous qui avons obscurci le ciel.

Accompagnant de splendides tableaux du peintre polonais Jakub Rosalski. Ceux-ci mettent en scène des machines aux côtés de paysans moissonnant à la main. Le tableau créé une profondeur inattendue et fascinante pour tout fan de films comme Matrix ou Terminator. De même, les masques et casques de personnages à la fois extra-terrestres ou ressemblants à des orcs, vous marqueront. Tout comme les mécanismes tout droit tirés de récits SF des années 80.

Naia Museum masque SF

Les univers geek s’entrecroisent au Naia Museum

Outre les robots, les artefacts ésotériques et les masques d’orcs, le musée abrite en réalité beaucoup de formes divergentes d’arts d’influence geek. Cependant, parmi les cinq salles que compte le musée, chacune d’entre elles offre des univers différents.

Naia Museum oeuvres gothiques

La troisième salle vous présentera par exemple une partie d’oeuvres ayant une forte sensibilité gothique. Certaines semblent même tirées des carnets de Tim Burton tant leurs difformités et leurs tons gothiques rappellent les créations du réalisateur américain. De même, d’autres salles vous offrent des créations encore plus différentes. Vous retrouverez également des œuvres incluant des super-héros comme Iron Man et même un étrange mélange entre Captain America et un Xénomorphe. Tandis que d’autres œuvres ne sont pas réellement proches d’un univers en particulier, mais vous font réfléchir et imaginer sur des sensibilités.

Naia Museum Marvel

Les artistes eux proviennent de tous les pays : Australie, Russie, Lituanie ou encore Belgique et France. Pourtant tous sont réunis sous le même point commun de faire réfléchir les personnes contemplant les œuvres mises à disposition au sein du musée.

Ce qu’il ne faut pas manquer au Naia Museum

Si vous avez peu de chances de manquer quoi que ce soit au Naia Museum, La Gazette du Geek bien conseillée par le musée vous indique ce qu’il ne faut pas manquer :

Les œuvres marquantes qui jonchent le lieu ont déjà été évoquées auparavant, il s’agit des tableaux du peintre polonais Jakub Rosalski. Ce qui est remarquable dans les oeuvres exposées repose sur une chose décisive. Il s’agit du décalage entre les hommes au premier plan et le gigantisme des machines au second plan. Vous vous laisserez très rapidement prendre par la fascination qui émane des tableaux présents sur place.

Naia Museum Les Dogmes

Une des autres créations majeures du musée se trouve être issue d’un artiste français Yoann Pénard et se nomme « Les Dogmes ». La création se révèle être une statue sans visage rattachée via trois liens à trois livres ouverts. Si l’oeuvre ne dispose d’aucune ancre imaginative à laquelle se raccrocher, elle a le mérite d’interpeller le spectateur et de le laisser imaginer les choses les plus folles.

Restons dans la francophonie avec le dessinateur Olivier Ledroit qui expose une de ses planches au sein du musée. Celle-ci est extraite du tome 11 de la bande dessinée Requiem. Le dessin est joli à l’œil et suffisamment détaillé pour une bande dessinée. En revanche, les dessins peuvent paraître tout à fait dérangeants.

Naia Museum Requiem BD

Puis viennent des artefacts qui jonchent l’intégralité du musée. Des sculptures à l’aspect ésotériques, mais dont la mécanique est en mouvement. Les « kinectics Mécanik » de Patrice « Pit » Hubert, sont certainement un des symboles du Naia Museum. Les formidables machines créent une ambiance parfaite au sein de chacune des salles.

Enfin, l’une des dernières œuvres à ne pas manquer se trouve en extérieur. Il s’agit des photos de Stefan Gessel qui se trouvent en extérieur créant un côté fantasy nature au musée. Les œuvres sont disposées en galerie de photos et de portraits. Chaque photo est travaillée de telle sorte à ce qu’elle soit un imaginaire en son sein.

Bilan du Naia Museum

Pour conclure ce papier, que retenir de ce musée ? Malgré le fait qu’aucune oeuvre ne soit directement marquée sur un type d’univers geek en particulier l’imaginaire y est présent. Il est à noter également un splendide travail sur la mise en place de chacune des œuvres exposées. L’ambiance créée par la disposition des œuvres colle à merveille avec l’ambiance onirique des lieux.

Naia Museum Bilan
Non ce n’est pas une création mais bien une salle du musée

Du côté de la Gazette du Geek, nous vous recommandons fortement d’y aller, ne serait que pour faire travailler votre imaginaire. De plus, cela vous permettrait de passer un bon moment et vous donnerait un prétexte pour aller dans le plus beau village de France !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *