Les Youtubers : une rêve-olution ? - La Gazette du Geek

Les Youtubers : une rêve-olution ?

Share Button

Quel est le point commun entre Zola, Manet et nos youtubers ? La réponse dans cette série d’articles. Aujourd’hui, Youtubeurs vs médias traditionnels : le cas Durendal.

Youtubers, les nouveaux artistesD’après Barbey d’Aurevilly, un écrivain du XIXème, Zola faisait de l’Art avec « du boudin ». Cette représentation est très soft, quand on la compare aux caricatures qui déféquaient littéralement sur la face de ce célèbre écrivain. Il y en eut toute une panoplie qui aurait chacune pu s’intituler « Zola = caca », si les journaux de l’époque les leur avaient permis. Ce titre étant assez évocateur, je laisse le soin à votre imagination de poursuivre le reste du travail, ou à Google Image de vous le montrer.

Le déjeuner sur l’herbe un des grands tableaux de Manet

Quant à Manet, il fut représenté peignant une de ses toiles avec un balai. Manet est un peintre dont les toiles se vendent aujourd’hui à plusieurs milliers de dollars et d’euros. Pourtant, à son époque, il était considéré comme un peintre raté. Une sorte de « sous-peintre » en somme.

Ensuite, ces artistes furent reconnus par leurs pairs et sont devenus des maîtres, souvent à titre posthume, mais des maîtres tout de même.

A l’époque, l’élite intellectuelle les décriait, s’en moquait, les dénigrait. Il nous a fallu près d’un demi-siècle pour que les parias d’hier soient considérés comme les génies d’aujourd’hui. Ce fut long, périlleux, difficile. Les intellectuels, en reconnaissant ces précurseurs, ont porté sur leurs épaules des poids. Dans ce contexte, accepter que ces nouvelles formes d’Art fassent partie de notre culture revenait à accepter une forme de décadence. En fait, il s’agissait juste d’élargir son horizon culturel et d’accepter que nos goûts en la matière soit avant tout le résultat d’un déterminisme sociétal, mais il ne fallait pas trop en demander non plus aux universitaires de l’époque.Une caricature de Zola

Ceux de nos jours, sont-ils plus ouverts ?

Tout est malheureusement relatif.

Je peux vous l’illustrer par une expérience personnelle. J’ai assisté à une conférence l’année dernière lors de laquelle une chercheuse de Paris 3 nous a présenté la méthode de lecture qu’elle avait mise en place avec ses étudiants. Elle leur demande de lui proposer tous les récits possibles du texte : ceux qui auraient pu être mais qui n’ont jamais été. Par exemple, dans Titanic, Jack aurait pu monter sur cette putain de planche, parce qu’il y avait bien assez de place, se marier avec Rose et lui faire plein d’enfants et d’autres portraits. Bref. Vous avez saisi l’idée : il s’agit de repérer les failles d’une œuvre, ses incohérences, ses manques, et d’imaginer une suite logique. Créer ce qui aurait pu être, comme le font certains auteurs de fanfictions. L’idée est excellente. Cependant, il ne faudrait surtout pas l’évoquer dans une copie, surtout pas une copie de CAPES (le concours pour devenir prof), comme l’ont bien souligné le reste du corps enseignant. Ils acclamaient l’idée, mais celle-ci est encore décriée par d’autres universitaires, qui corrigent  les copies de ce concours. Ben ouais.Caricature de Manet

Étonnement, ceux qui adulent les génies passés, crachent sur les lumières actuelles. C’est moche et ironique tout à la fois.

C’est moche parce que le vivier de talents que nous offre internet renouvelle actuellement notre culture, l’Art, la façon de les considérer et de les voir. Elle propose de nouvelles formes, de nouveaux médias, de nouvelles façons de faire, ne serait-ce que concernant l’écriture  ou la peinture. On n’écrit pas de la même façon avec une plume et un clavier, on ne peint pas sur une feuille comme l’on peut le faire sur Photoshop.

En fait, les internautes attendent que la production leur parle, rien de plus, rien de moins. Dès lors, Monsieur Toutlemonde peut tenter sa chance sur le net et faire ce qui lui plaît vraiment, même s’il n’a ni diplôme, ni expérience professionnelle dans le domaine. Mr Toutlemonde peut être âgé de 7 à 77 ans, si ça lui chante. Mr Toutlemonde trouvera l’approbation ou la désapprobation des autres en fonction de ce qu’il a produit, et non pas de ce qu’il est.

Surtout, Mr Toutlemonde peut tout à coup devenir et être reconnu comme critique, conseiller beauté, musicien, chanteur, humoriste… alors que ce n’était pas du tout son métier initial. D’ailleurs, la plupart des youtubers reconnaissent qu’à leurs débuts, ils n’étaient pas du tout des professionnels. Ils avaient vocation à partager leurs délires, sur internet. Puis, ils se sont perfectionnés.

Un écrivain se fait connaître alors qu’il est en école de commerce ? Et alors ? Un diplômé en droit se reconvertit dans la réalisation de films ? Pourquoi pas. Un jeune en école d’ingénieur s’improvise critique de cinéma ? Normal.

D’autre part, ce renouvellement culturel et artistique s’accompagne d’un renouvellement économique.

On achète sur internet, on échange sur internet, on se rencontre sur internet, on discute sur internet, parfois même, on se dispute. Une nouvelle économie voit le jour : celle qui prône le moins d’intermédiaire possible et qui revient plus directement dans la poche du créateur. Des boîtes de production tentent de rendre viables ce modèle, comme Olydri, qui espère investir le marché tout en restant indépendant.

Mr Toulemonde peut donc espérer gagner correctement sa vie tout en exerçant sa passion. Un luxe dans notre société, puisqu’il devient difficile de finir ses fins de mois avec le SMIC.

Cette conception révolutionnaire fout en l’air tout un système que nos prédécesseurs ont mis du temps et de l’argent à construire.

Ben oui. Si il n’y avait pas d’argent en jeu, tout le monde se ficherait pas mal des nouvelles célébrités comme de leur dernière baguette.

icône du site "le démon du rire" de Durendal Hum, revenons donc à nos dragons. Le 21 décembre 2014 une petite polémique enfle sur la toile. Paola Raiman et Raphaël Enthoven critiquent Durendal dans le Gai savoir, émission « philosophique » sur France Inter. Durendal l’a relayé sur les réseaux sociaux. Paola Raiman et Raphaël Enthoven ont alors été submergés par les mails. La polémique a au moins permis à l’émission de se faire connaître auprès d’un public qui ne savait même pas qu’elle existait. Ils auraient peut-être dû en parler plus tôt ?

Suite à ce badbuzz, Paola Raiman et Raphaël Enthoven s’excusent hypocritement en prétendant que « non, ils n’avaient pas exactement voulu dire ça, voyons ». Mais non. Raphaël Enthoven a répondu aux fans de Durendal dans un charmant article, dont voici un extrait :

« Pris individuellement, le Durendal ne fait ni mal, ni peur. C’est juste un adolescent [ndlr : Durendal fêtera ses 27 ans cette année] qui est inoffensif parce qu’il est méchant (ou bien l’inverse). Mais qui inspire plutôt la bienveillance. Chaque Durendal est aussi intéressant qu’un homme peut l’être. On peut discuter avec un Durendal, échanger des arguments, partager des émotions, voire (qui sait ?) parler de Godard…  Mais quand tous les Durendal s’unissent et aboient de concert, alors ils deviennent dangereux. Car ils institutionnalisent le ressentiment. Ils transforment la contestation en consensus. Ils grégarisent [ndlr (terme zoologique que personne n’emploie à part Raphaël Enthoven et les doctorants en la matière) : tendance à édifier des groupes sociaux importants chez certaines espèces animales, comme les fourmis] l’insolence. Ils maquillent l’incompétence en liberté de ton. Seulement, la liberté qu’ils réclament n’est qu’un droit de couvrir de goudron leurs aînés. Et ils nuisent au talent, comme les fourmis l’emportent sur le lion : quand elle est abondante, on peut se noyer dans la bave. Durendal, c’est le nom du combat victorieux que la « créativité » fait à la création véritable. »

DurendalCe qui est somme toute absolument gênant dans cet extrait, c’est l’emploi des déterminants. « Le Durendal » est passé du statut de nom propre à celui de nom commun, et plus précisément ici, du statut de YouTuber à celui d’espèce animale foncièrement dangereuse. Il s’agit d’une figure de style employée par les grands orateurs. Son nom est antonomase. Ici, elle a un effet dépréciatif, d’autant plus que le déterminant « le », devient ensuite « chaque », puis « tous les ». Le « Durendal » n’est qu’un individu d’une espèce, « tous les » désigne l’ensemble des individus de cette espèce, c’est-à-dire, les fans de Durendal, les bloggueurs qui font son interview et qui relayent ses critiques et ses avis, les youtubers qui le soutiennent, parmi lesquels on peut compter Antoine Daniel. Ces individus ne défendent pas Durendal, « ils aboient », oui, comme des chiens. Ils sont en nombre, telles des fourmis, ils dévorent le lion de la culture que représente Godard, ou même, les chroniqueurs de France Culture. Comprenez ceci : notre génération assassine la culture, en se plantant devant des jeux vidéos et en affirmant que Godard est un connard. La masse populaire l’emporterait donc sur le lion solitaire, qui semble un peu mort au passage, parce que les fourmis n’attaquent pas les lions vivants, si j’ai bien suivi mes cours de SVT. De plus, Rapha, il me permettra de l’appeler ainsi, se compare lui-même à un animal mort, un peu comme l’avait fait Musset dans l’un de ses poèmes. Musset avait la classe. Bref. La question que pose cet échange polémique est la suivante : un critique qui ne perçoit pas une forme d’intelligence différente de la sienne, est-il en mesure d’émettre un jugement ?

Rapha s’est posé en martyr, mais il n’a finalement récolté que les vents des sifflets qu’il avait semé. Il a permis à Durandal de devenir l’un des symboles d’Internet, et plus précisément, de cette nouvelle conception révolutionnaire qui en émerge : celle d’innover dans une sphère accessible à tous. Libre à chacun d’aimer le style de Durandal, certains le détestent et le critiquent, d’autres l’adorent. Cependant, personne ne pourra nier qu’il fait ses vidéos avec passion et que ses avis sont éloquents, que l’on soit d’accord avec ses analyses ou pas.

Antoine Daniel a été le premier à souligner que : « Les créateurs sur Youtube ont réussi en 5 ans là où vous avez échoué en plusieurs dizaines d’années. Vous êtes les chiens de garde d’un modèle périssant. Modèle décidant de qui à le droit ou pas d’émettre son avis. » massivement repris et relayé sur les blogs. Ce qui apparaît clairement dans les propos d’Antoine Daniel, c’est que l’accessibilité au savoir réside de la transmission et dans la façon de transmettre. La génération à laquelle j’appartiens a pris conscience de ça le jour où, devant réviser son contrôle de physique-chimie, elle s’est plantée devant la télé, et a obtenu 14 grâce au concours de Fred et Jamie qui ont résumé en quinze minutes de façon intelligente et ludique ce que la prof n’a jamais su expliquer en huit heures. Fred, Jamie, merci.

Linksthesun Accrocher un public et le faire accéder à la lumière du savoir par des supports qui lui sont familiers, voilà les enjeux de nombreux Youtubers. Certains ont envie de vous faire prendre du recul, comme Jérémi Lavergne (La faille du film). D’autres, ont envie de vous partager leur savoir et leur savoir-faire, comme Linksthesun qui a eu le culot d’employer sa compétence de littéraire et son savoir-faire pour critiquer les chansons du top 50. Il a réussi à appliquer des théories nébuleuses et en faire quelque chose d’instructif. Respect. D’ailleurs, lecteur/trice, si tu passes en première et que tu ne sais pas faire une explication de texte, tu devrais liker sa page et te passer en boucle « non mais t’as vu ce que t’écoutes ». Tu comprendras vite le concept d’une explication de texte (réalisée avec humour par Links), qui se limite à expliquer ce que l’auteur sous-entend grâce au vocabulaire approprié.

La faille du filmPlus que jamais, finalement, les Youtubers s’affirment dans le paysage culturel. Cet échange polémique est finalement une énième querelle entre les anciens et les modernes. Comme à Zola, Manet, ou Baudelaire autrefois, cette critique qui se voulait péjorative, offrit sans le vouloir, un crédit contestataire à ces nouveaux artistes.

A la prochaine pour un article sur le féminisme des Youtubeuses !

Longue vie et prospérité.

Skeeter

Skeeter est née le même jour que Chuck Norris, ce qui lui a conféré d'incroyables talents. Après une brillante scolarité au sein de l'école de sorcellerie Poudlard, elle est devenue professeur dans l'école pour jeunes surdoués. Elle prévoit d'épouser son collègue Wolverine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *