Interstellar : notre critique - La Gazette du Geek

Interstellar : notre critique

Share Button

Oui, le long-métrage de Christopher Nolan est exceptionnel. Voici tout de suite notre critique d’Interstellar !

Le réalisateur de la trilogie du Dark Knight livre un film tout simplement exceptionnel. Nous allons d’ailleurs voir ensemble pourquoi cette production a surpassé les attentes les plus folles de la rédaction de la Gazette du Geek. Interstellar : critique en approche !

Interstellar, un film totalement sous tension

interstellar critiqueLa grande force du long-métrage de Nolan est de nous plonger dès le départ dans un monde dont les codes s’effritent lentement. Épuisé par les guerres incessantes et une maladie qui a détruit la plupart des plantes nourricières de la planète, les gouvernements se sont tournés vers la culture massive du maïs et ont abandonné les projets de conquête de l’espace. Bref, en quelques mots : les choses ne se passent pas vraiment bien pour l’espèce humaine, qui court lentement, mais sûrement, à sa perte.

Pour Cooper (Mattew McConaughey), ancien ingénieur et astronaute, la reconversion est difficile. Hanté par les vestiges d’une autre époque, il est cultivateur et vit avec son beau-père et ses deux enfants depuis la mort de son épouse. Tout bascule pourtant lorsque la possibilité de participer à un projet spatial destiné sauver la Terre s’offre à lui. Le but : trouver une planète viable et quitter la Terre… le voyage Interstellar peut débuter.

Nous ne ferons ici pas de spoiler en essayant d’analyser et de comprendre le film, car la toile est actuellement pleine de ce genre d’article et tel n’est pas notre but. Si le projet de Nolan, qui lorgne clairement du côté de 2001 l’Odyssée de l’Espace, est tout simplement fantastique, sa réalisation l’est tout autant. Aller plus loin que Memento ou Inception, pour ne citer que ces deux œuvres, n’était pourtant pas une mince affaire. Comment montrer l’humanité et l’immensité de l’espace avec poésie et intensité ? Tout le travail du réalisateur ne se résume pas à cette simple question, mais il se dégage d’Interstellar une telle force que nous ne pouvons pas omettre sa dimension littéraire.

interstellar critique
Intense, voilà le mot

Tout d’abord, parce que le scénario est co-écrit par Jonathan Nolan, le propre frère de Christopher, qui déjà en 2006 avait travaillé avec lui sur l’adaptation cinématographique du roman Le Prestige, excellent long-métrage avec Hugh Jackman et Christian Bale. Ensuite, et surtout, car le film est non seulement rythmé par la musique angoissante de Hans Zimmer, mais également par un poème de Dylan Thomas« Vision et Prière et autres poèmes ». Récités par le personnage du Professeur Brand et repris à plusieurs moments, ces vers donnent une dimension quasi-mystique à l’œuvre, qui transcende ainsi tous les genres.

Néanmoins, Interstellar, c’est aussi un casting d’exception.

Une panoplie d’acteurs comme en voit rarement

interstellar critiqueMessieurs, mesdames,  geeks et fans de Christopher Nolan (si vous rentrez dans les quatre catégories à la fois, contactez-nous), nous avons un conseil pour vous : allez voir le film en version originale. La prestation des comédiens est tout simplement magique. La justesse de leur jeu sert parfaitement ce long-métrage dont la beauté visuelle et la réalisation savent parfaitement capter l’attention du spectateur (ou, du moins, ont su capter la nôtre). Mattew McConaughey, en tête, y est tout simplement saisissant. À ses côtés, Anne Hathaway, Michael Caine et surtout la jeune Mackenzie Foy, sont vraiment exceptionnels. On rentre de plain pied dans l’histoire, pour ne pas décrocher un seul instant du début à la fin. Et quelle fin justement !

Doté d’un scénario comme seuls les frères Nolan savent en écrire (original, stupéfiant, intriguant, intelligent, vous choisirez), Interstellar surprend et captive.


interstellar laisse sans voixLe début du film, très ancré dans une représentation du quotidien de la vie sur Terre après la famine, laisse peu à peu place au voyage interstellaire auquel le réalisateur a aussi donné une dimension mystique. Relativité du temps qui passe, traversée d’un trou de ver et réflexion sur la condition humaine se mélangent habilement pour composer un bouquet final explosif. Il y a une véritable montée en puissance de l’histoire, qui parvient à rester proche de nous alors que, paradoxalement, notre quotidien n’est clairement pas de traverser la galaxie.

Critique d’Interstellar : que dire de plus ?

interstellar critiqueNous avons littéralement adoré Interstellar. Non pas comme on peut apprécier un pur divertissement, mais davantage comme une expérience cinématographique sans précédent. Transporter le spectateur en le surprenant à chaque instant sans toutefois le perdre, c’est un peu la spécialité de Christopher Nolan. À ce jour, et il s’agit là bien sûr d’un avis purement subjectif, nous n’avons jamais connu de sensation similaire dans les salles obscures. L’œuvre puise ses sources dans 2001, le film de Kubrick, mais ce qu’elle propose est peut-être plus grandiose encore.

L’histoire, la réalisation, la musique, le scénario et les acteurs, tout est magistralement orchestré. Bref, peut-être est-il temps de nous taire, au risque de nous répéter… En ce qui concerne la fin du film, cette critique d’Interstellar ne rentrera clairement pas dans la polémique de la fin (à priori) ouverte du film et de sa possible interprétation. En revanche, nous ne nous priverons pas de dire qu’elle a de quoi nous bluffer, littéralement. Si vous êtes un inconditionnel du cinéma de Nolan, vous ne serez clairement pas déçu, bien loin de là !

Ah oui, une dernière chose : courez le voir sans attendre !

Crall

Seigneur des geeks de toute la terre, fondateur et rédacteur en chef de La Gazette du Geek, force de la nature mais, surtout, geek qui boit du vin et mange des paupiettes de veau à quatre heure du matin.

2 pensées sur “Interstellar : notre critique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *