Quel enseignement tirer du duel Alphago vs Lee Sedol ? - La Gazette du Geek

Quel enseignement tirer du duel Alphago vs Lee Sedol ?

Share Button

Nous en avions déjà parlé il y a quelques semaines, l’un des évènements importants de ce début d’année était la rencontre entre Lee Sedol et Alphago. Le match s’est terminé le 15 mars, et il est maintenant l’heure de faire le bilan de cette nouvelle page dans l’histoire de l’Intelligence Artificielle.

Alphago vs Lee SedolOn peut dire que le Go vient de connaître une poussée médiatique sans précédent. Ce jeu très populaire en Asie, mais plutôt réservé aux initiés en Occident, a fait couler beaucoup d’encre depuis l’annonce d’un match opposant Lee Sedol, champion légendaire du jeu chinois, à Alphago, un programme informatique, qui avait déjà comme fait d’armes sa victoire contre le champion d’Europe, Fan Hui. Le Go est un jeu important dans la lutte entre Intelligence Artificielle et Humaine, car il était jusqu’alors considéré comme le dernier bastion assurant la supériorité de l’homme sur la machine. Alors que cela va bientôt faire 20 ans que Deep Blue a vaincu Garry Kasparov dans un match légendaire, l’immense plateau du jeu de Go (19×19) faisait en sorte qu’une simple grande capacité de calcul ne suffisait pas pour gagner : des qualités comme l’intuition ou la créativité étant davantage privilégiées.

Lee Seddol vs AlphaGo
Lee Sedol

Mais voilà, ce temps-là semble bel et bien révolu, car comme vous devez déjà le savoir, Alphago est sorti victorieux de ce grand défi sur le score de 4-1. La première partie avait été assez serrée. Lee Sedol a fait plusieurs mouvements-tests afin de voir si certaines tactiques de déstabilisation d’IA marchaient, ce qui ne fut pas le cas. Ce n’est que dans les 20 dernières minutes qu’Alphago s’est vraiment imposé. Pour la seconde manche, le champion sud-coréen a adopté un jeu très inhabituel : alors qu’il est souvent assez agressif dans ses mouvements, il fut cette fois assez lent et pensif. Cette tactique n’a pas mieux marché et l’Alphago l’emporta pour la seconde fois. Le troisième round fut assez expéditif, Lee Sedol a commis une erreur assez vite dans le jeu, et il n’arrivera jamais à la surmonter. La quatrième manche fut la seule perdue par la machine, Lee Sedol s’est remis à un jeu plus agressif ce qui a payé. On note notamment un 79ème coup décisif, qui a complètement surpris le programme informatique (qui n’estimait la probabilité de ce coup qu’à 1/10 000). Pour le grand final, malgré une grosse erreur de l’ordinateur en début de match, celui-ci est tout de même arrivé à surpasser son handicap et à finir sur un résultat de 4-1.

Peu après, l’ancien numéro 1 mondial partagera sa déception de ne pas avoir mieux joué contre Alphago. Il a eu besoin d’un certain temps d’adaptation afin de jauger son adversaire et de s’habituer à ne pas être contre un humain. Mais il ne pense pas être vraiment inférieur à Alphago, il a même tendance à croire qu’en tactique pure, l’humain a encore de l’avance, et que c’est bien sur le plan psychologique que la machine domine. En effet, il ne faut pas oublier de prendre en compte le fait qu’Alphago a une capacité de concentration forcément supérieure à l’homme, et n’est pas sujet à des émotions typiquement humaines comme certaines pensées d’humeur et la pression que l’on peut ressentir. Beaucoup de professionnels du jeu pensent aussi que le match serait bien plus disputé s’il pouvait être refait. En apprenant de son adversaire, Sedol s’est montré bien meilleur dans les 2 dernières parties.

Du côté d’Alphago, cette victoire a permis aux actions de Google de monter en flèche, mais aussi a convaincu ceux s’intéressant à l’Intelligence Artificielle de continuer dans cette voie-là. Microsoft a annoncé depuis qu’il comptait se servir de Minecraft pour amener l’IA au niveau de l’humain, et Google prendra peut-être comme nouveau défi le jeu vidéo Starcraft II. Celui-ci représenterait un tout nouveau défi, car il faudrait alors jouer avec la conception du « brouillard de guerre » qui fait que le programme informatique devra agir sans connaître toutes les données d’une partie.

Mais du coup que retirer de cette nouvelle étape ?

AlphaGo vs Lee SedolPour ce qui est du Go, aucune inquiétude à se faire, on voit déjà plusieurs personnalités de ce milieu qui veulent se frotter à Alphago, en pensant avoir une bonne chance de victoire. Et même le jour où une machine pourra battre n’importe quel autre joueur le jeu n’en sera pas pour autant déserté. Par exemple, cela va bientôt faire 20 ans qu’a eu lieu le match mythique opposant Deep Blue à Garry Kasparov, et pourtant le championnat d’échec semble assez en forme pour avoir ses propres paris en ligne.

La connaissance en intelligence artificielle a aussi avancé, on sait maintenant qu’elle peut être capable de créativité, voire même d’une certaine forme d’intuition comme l’ont montré certains de ses coups pendant les 5 matchs qui ont parfois été qualifiés de brillants par les commentateurs. Elle a tout de même encore ses limites et est loin d’être imbattable.

On a aussi pu s’apercevoir que la peur des machines était quelque chose de toujours bien ancré dans l’imaginaire collectif, preuve en est ces multiples références sur les réseaux sociaux à des œuvres comme Terminator ou le récent Ex Machina.

Mais le message de toute cette histoire semble bien plus positif. Car évidemment, les scientifiques sont plus que précautionneux sur la question de l’IA, et malgré certaines croyances populaires, nous avons bien la main mise sur tout ça. Bien au contraire, l’intelligence artificielle présage des possibilités toujours plus réjouissantes, et voir les différents acteurs de cet évènement agir avec autant d’humilité est une vraie source d’inspiration pour la suite.

Crall

Seigneur des geeks de toute la terre, fondateur et rédacteur en chef de La Gazette du Geek, force de la nature mais, surtout, geek qui boit du vin et mange des paupiettes de veau à quatre heure du matin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *