Critique : Gardiens des cités perdues - La Gazette du Geek

Critique : Gardiens des cités perdues

Share Button

Aujourd’hui, nous avons testé un roman fantastique jeunesse : Gardiens des cités perdues. Notre avis un peu plus bas

Critique de Gardiens des citées perduesRésumé

Depuis des années, Sophie sait qu’elle n’est pas comme tout le monde. Elle se sent à part à l’école, où elle n’a pas besoin d’écouter les cours pour comprendre. La raison ? Elle est dotée d’une mémoire photographique… Mais ce n’est pas tout : ce qu’elle n’a jamais révélé à personne, c’est qu’elle entend penser les autres comme s’ils lui parlaient à haute voix. Un casque vissé sur la tête pour empêcher ce bruit de fond permanent de la rendre folle, elle se promène un matin avec sa classe au musée d’histoire naturelle quand un étrange garçon l’aborde. (ça me fait à peine penser à Percy Jackson) Dès cet instant, la vie qu’elle connaissait est terminée : elle n’est pas humaine et doit abandonner son existence entière pour rejoindre un autre univers, qu’elle a quitté douze ans plus tôt. L’y attendent une pléiade de nouveaux condisciples, amis et ennemis, et une question obsédante : qui est-elle ? Pourquoi l’a-t-on cachée dans le monde des humains ? Pourquoi n’a-t-elle que des souvenirs partiels de son passé ? Un premier roman baigné de magie, dont la fantaisie et le sens du suspense font des miracles, et où éclate le talent indéniable de Shannon Messenger. Un nom à retenir !

Mon avis

Voilà bien longtemps que j’entends parler de ce phénomène des Gardiens des Cités Perdues. Nombre de chroniques sont positives, voire « coup de cœur ». Aussi, je me suis lancée à mon tour dans cette aventure avec la jeune Sophie.

Sophie est une jeune fille de onze ans, très précoce, déjà au lycée (fait qui m’a plus que surprise) et qui ne trouve pas sa place parmi ses camarades de classe ni parmi sa propre famille. Lorsqu’elle rencontre Fitz, elle comprend que ses intuitions étaient loin d’être fausses. Sophie est une elfe. Une elfe bien particulière car contrairement aux autres, elle a les yeux noisettes (au lieu d’être bleus), elle a un don de télépathie très avancé, il est impossible aux autres elfes d’entrer dans son esprit et, surtout, elle est recherchée par le père de Fitz, Alden, depuis douze ans. Puis, elle apprendra que certaines légendes ne sont pas que des légendes…

Le bouleversement va être grand pour la jeune fille ! Non seulement, elle va devoir se séparer de cette famille qu’elle a toujours considérée comme sienne, lui ôter tout souvenir afin d’éviter de la faire souffrir, entrer dans une école à Foxfire, faire de nouvelles connaissances et découvrir la vérité sur ce qu’elle est !

Ce roman fantastique Jeunesse est vraiment bien écrit. L’auteur a su mêler avec justesse le côté aventure, mystère et fantastique. Mais je dois dire que j’ai été gênée durant ma lecture par un comparatif qui m’est passé par l’esprit. En effet, j’ai opposé Sophie à Harry Potter ! Si l’une est une fille, l’autre un garçon, l’âge est quasi le même. Si l’une est une elfe, l’autre un sorcier, ils se retrouvent tous deux dans une école. Si l’une a été aimée par la famille qui l’a élevée, l’autre méprisé, ils se retrouvent tous deux au final en quelque sorte orphelin. Enfin, ils sont tous deux entourés d’amis fidèles et ont des ennemis mortels. Certes, j’avoue que la vie de Sophie est plus agréable que celle d’Harry. Elle a été aimée et choyée, et continue de l’être.

J’ai beaucoup apprécié les personnages (pas seulement Sophie), mais tous car ils ont un rôle à jouer et on le sent dès ce premier tome. Certains laissent planer un mystère (je pense au père de Keefe, je ne sais pas pourquoi mais je ne le sens pas). Comme dans toutes les sagas où les héros sont dans une école, on retrouve la peste de service : Stina, les amis fidèles : Dex, Marella, Keefe, Fitz et Biana (même si celle-ci vient resserrer les rangs plus tard). D’ailleurs, je me demande s’il n’y a pas le début d’un triangle amoureux avec Keefe et Fitz mais je trouve Sophie bien trop jeune pour cela. Puis viennent les adultes… Aura-t-on droit par la suite à une grosse trahison ? Et quel secret abrite Sophie en elle ? Qui est le cygne noir ? Des questions apparaissent… Résultat : on veut lire la suite ! Car si j’ai comparé cette saga à Harry Potter, il en va de même avec ce désir d’avoir la suite très vite dans les mains… J’espère juste une chose, qu’il n’y aura pas sept tomes (attendre dix ans pour avoir une saga complète est une véritable torture). (mais avoir une saga aussi longue et complète à relire bien plus tard est un vrai bonheur…)

Voici un petit extrait :

« Les faits flottaient pêle-mêle dans sa tête. Prentice. (je suppose que c’est un terme spécifique mais je ne vois vraiment pas ce que ça veut dire) ADN correspondant. Gardiens. Feux blancs encerclant la ville où elle habitait. Un « signal », selon Quinlin. Mais un signal de quoi ?

Et pourquoi est-ce que personne ne pouvait lire ses pensées ?

Elle n’avait toujours pas le moindre début de réponse lorsque le bateau s’arrêta. Ils avaient rejoint un petit lagon bleu situé très à l’écart de la ville : les flèches d’argent n’étaient plus qu’un lointain point lumineux. Des dunes d’une blancheur éclatante entouraient le petit lac, sur la rive ouest duquel se dressait une étrange statue noire, haute de deux étages au moins, érigée sur une étroite base ronde et surmontée d’un large cercle. Une pellicule irisée miroitait au cœur de l’anneau, donnant à l’édifice des airs de jouet à bulles de savon géant.

  • Accrochez-vous bien, intima Alden à Sophie et Fitz en se plaçant entre eux pour leur tenir la main.

Elle n’eut pas le temps de demander pourquoi : les pieds d’Alden décollèrent du fond de la calèche, et il entraîna les adolescents derrière lui. Elle s’agrippa à sa main de toutes ses forces, hurlant à mesure qu’ils s’éloignaient du sol.

Le ricanement de Fitz la fit rougir. Elle allait devoir apprendre à garder son calme, à maîtriser ses frayeurs.

Les elfes pouvaient donc léviter… Y avait-il seulement une chose dont ils n’étaient pas capables ? »

Une pensée sur “Critique : Gardiens des cités perdues

  • 13 novembre 2016 à 2 h 36 min
    Permalink

    J’ai adoré ces livres ,Shannon Messanger est une génie !!!!!!!!
    Le fantastique est mon univers !!
    Enfin bref, Sophie est l’héroine de ma
    vie !!!
    Anaëlle

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *