E-Sport : comment devenir gamer pro ? - La Gazette du Geek

E-Sport : comment devenir gamer pro ?

Share Button

Comment devenir gamer professionnel ? Pour tenter de répondre à cette question, nous avons rencontré Julien Paris, un ancien joueur semi-pro sur Warcraft III.

Avec l’e-Sport, l’histoire n’a pas été tendre. Si depuis 2015, la « Loi sur le numérique » d’Axelle Lemaire reconnaît cette discipline comme étant un sport à part entière, elle a longtemps été stigmatisée même si, ne nous le cachons pas, certaines personnes porte encore un regard dédaigneux et complaisant sur le jeu vidéo. Pourtant, les mentalités évoluent, et ces dix dernières années ont marqué un tournant décisif, aussi bien pour l’e-Sport que pour le jeu vidéo en général. Des productions indépendantes, comme Noob, renvoient ainsi une image positive et saine de cet univers. L’avènement du sport électronique donne aussi naissance à des aspirations nouvelles. A l’heure d’internet, de plus en plus de jeunes veulent devenir gamers professionnels. La question se pose alors : vivre de sa passion, est-ce un rêve accessible ?

Le parcours d’un joueur pro

Comment devenir Gamer pro ?

C’est dans cette optique que Julien Paris a bien voulu répondre à nos questions. Pour lui, tout a réellement commencé en 2002, lorsque ses parents ont fait l’acquisition d’un ordinateur. Avant cela, il était plutôt porté sur les consoles de jeu. Une habitude qu’il va rapidement perdre lorsqu’il tombe un jour sur LE JEU :

Je me promenais dans un magasin lorsque je suis tombé devant la jaquette de Warcraft III.  J’ai tout de suite accroché et je suis reparti avec. A partir de là, j’ai commencé à jouer en solo.

Warcraft III ou comment devenir gamer proA ce moment là, le virus s’est déjà emparé de Julien. Il passe de nombreuses heures à explorer l’univers du jeu, avant de finalement se lancer en online (en random team) sous le pseudo de 5790, tout d’abord pour le plaisir. Rapidement, il se rend compte que certains joueurs ont un niveau bien supérieur au sien, et par goût du challenge, il décide alors de se perfectionner. Il faut bien comprendre qu’à l’époque, l’univers du RPG/RTS, bien que populaire, ne s’était pas encore démocratisé comme aujourd’hui. Julien passe ainsi de très nombreuses heures à jouer et à regarder des replays des meilleurs joueurs pour saisir tous les aspects de Warcraft 3, et ne travaille plus vraiment au collège. Une situation qui ne rassure pas forcément ses parents, mais qui ne l’empêche pas de continuer :

Le gameplay du jeu était très poussé. Sur Warcraft III, il y a deux techniques : la MACRO et la MICRO. La première, c’est tout ce qui fait référence à la gestion des ressources et de l’économie, la seconde c’est plutôt les compétences actives et les attaques, en gros toutes les actions qui doivent se faire au clic et à la seconde près. En jouant entre 8 et 15 heures par jour, j’avais vraiment perfectionné mon jeu. J’étais vraiment orienté MICRO.

Progressivement, Julien se rapproche de la communauté française. A ce moment là, il n’y avait qu’un seul forum ! C’est aussi là qu’il commence à enchaîner les tournois et rentre, à seulement quatorze ans, dans le classement des cent meilleurs joueurs français. Il se fait d’ailleurs connaître sous un nouveau surnom lorsqu’un commentateur, lassé de répéter son pseudo (5790),  finit par l’appeler « Le Chiffre ». A ce moment, Julien ne le sait pas encore, mais il passe très près d’un rêve : celui de devenir gamer professionnel :

Un jour, mes parents reçoivent un coup de fil d’un inconnu. En fait, c’était le patron d’un cybercafé sur Paris qui avait entendu parler de moi. Il était prêt à me signer un contrat pour que je vienne jouer sur Paris, mais mes parents n’ont pas voulu. A l’époque, les contrats pour les joueurs, c’était rarissime, mais ils réalisaient pas, malheureusement…

Déçu, Julien n’abandonne pas pour autant sa passion. Il continue de progresser et rejoint plusieurs équipes, avant d’intégrer la Team NBIW. Rapidement, il devient imbattable en solo. C’est en 2007, à Toulouse, qu’il remporte un tournois face aux meilleures équipes FR du moment (comme millenium, LgR, ou Web one) et bat le joueur TRQR en finale. Il enchaîne alors les tournois en Ladder, devenant ainsi semi-pro, avant que Warcraft III ne soit progressivement remplacé par StarCraft II, un jeu auquel il accrochera finalement moins, et où il aura plus de mal à conserver son niveau :

Il faut savoir que StarCraft II est plus orienté Macro, ce qui fait déjà que j’aimais beaucoup moins. Même si je suis aujourd’hui capable de voir toutes les subtilités d’une partie, j’ai perdu le goût de me dépasser… […] j’ai pas retrouvé les mêmes sensations que sur Warcraft.

Comment devenir joueur pro ?

S’il en est finalement venu à s’éloigner de la voie de l’e-Sport, Julien garde malgré tout la passion du jeu vidéo. Récemment, il s’est remis sur Warcraft III pour le plaisir, et a croisé d’anciens joueurs, qui se rappelaient de lui, encore sept ans plus tard. « C’est probablement cette reconnaissance, plus que le plaisir de jouer, qui m’a apporté le plus de joie en me remettant sur le jeu. J’en profite pour remercier ces joueurs, qui m’ont reconnu après tant d’années. », a-t-il confié.

Comment devenir joueur professionnel ?

A cette question, Julien a répondu avec beaucoup de franchise, et surtout sans fioritures :

« Il ne faut pas se dire qu’on va faire du jeu vidéo pour devenir professionnel. Avant toute chose, c’est la passion qui doit être au centre de tout. Si vous ne prenez pas de plaisir, ça ne sert à rien. Par contre, on ne progresse pas du jour au lendemain, et surtout pas en jouant deux ou trois heures pas jour. Il faut savoir s’imposer un rythme important, c’est-à-dire jouer jusqu’à quinze heures par jour s’il le faut !

Aujourd’hui, le regard que porte la société sur le jeu vidéo a changé. Si vous pensez que vous avez ce petit quelque chose qui change tout, foncez, mais ne faites pas les choses à moitié. L’e-Sport s’est démocratisé, mais le niveau a augmenté en même temps et la concurrence est devenue mondiale. Aujourd’hui les bons joueurs se comptent par millions. Il faut savoir se remettre en question, enchaîner les parties, regarder des replay et des streams des meilleurs joueurs, se forcer à changer de style de jeu même si on n’en a pas envie. Le but : pousser le jeu, quel qu’il soit,  jusque dans ses retranchements.

N’hésitez pas à faire des LANS, à vous déplacer et à rencontrer des gens. Si vous montez vos stats, que vous savez faire vos preuves, on viendra vous chercher, mais pas le contraire. Sa place, il faut la gagner, et penser aussi à se reconvertir, car au-delà de vingt-cinq ans, les réflexes diminuent, c’est un fait ».

S’il évolue aujourd’hui dans les ressources humaines, Julien Paris n’a pour autant pas abandonné l’espoir de renouer avec l’e-Sport. A bon entendeur, salut ! 😉


Si vous voulez aller plus loin, sachez également qu’un école dédiée à la formation de joueurs professionnel vient d’être créée en France. Vous pouvez consulter son site internet pour avoir plus d’informations :

www.theesportacademy.com

Crédits photo : Maxime Fort – Flickr

Crall

Seigneur des geeks de toute la terre, fondateur et rédacteur en chef de La Gazette du Geek, force de la nature mais, surtout, geek qui boit du vin et mange des paupiettes de veau à quatre heure du matin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *