Comic Con Paris 2016 : la deuxième édition - La Gazette du Geek

Comic Con Paris 2016 : la deuxième édition

Share Button

Ce week end, les portes du Comic Con Paris s’ouvraient dans la Grande Halle de la Villette. Pour cette deuxième édition, beaucoup d’événements ont été prévus, notamment en point d’orgue l’avant-première de Doctor Strange le dimanche soir de clôture. La Gazette du Geek était présente dès l’ouverture du salon et revient pour vous sur ce qui s’est passé.

Dès 9h30 du matin, les fans s’entassent dans l’entrée de la Grande Halle de la Villette. Au même moment, les portes du Comic Con Paris viennent tout juste de s’ouvrir lançant officiellement trois jours de salon entièrement consacrés aux super-héros, et plus largement au monde des comics.

grande-halle-de-la-villette

Au sein de l’événement, divers exposants sont présents dans les allées. Certains proposent des produits dérivés issus de la pop-culture, tandis que d’autres  vendent des comics sous toutes ses formes, que ce soit par numéros ou bien en version intégrales. D’autres stands exposent des créations « geek » faites de façon artisanales, tandis qu’à la mezzanine des artistes vous tirent le portrait dans le style de la caricature.

Initiation au sabre laser pour les jedis en herbe

Un stand se démarque notamment dès l’entrée du salon : il s’agit de la Fédération Française de Sabre Laser qui propose (entre autres choses) aux enfants des mini cours collectifs sur les bases du combat au sabre. Il s’agit de la première académie de sport de ce genre en France. « Nous donnons des cours de sabre une fois par semaine dans notre salle située à Strasbourg Saint Denis. Ce sont de vrais cours de sports inspirés des films mais on ne prend pas la dimension chorégraphique. » confie Farid Ben Salem, un des co-fondateurs.

sabre-lasers

Pourtant, malgré les sabres lasers, il y a très peu d’icônes ou même d’images officielles renvoyant à la saga Star Wars : « On est pas officiellement affiliés par la marque – confirme l’instructeur – mais ça ne nous empêche pas d’utiliser les 7 formes de combat introduites dans l’univers. » Cependant, cette situation n’empêche pas de collaborer avec Disney, notamment pour la « Jedi Academy ».  Enfin, sur le stand, des t shirts ainsi que des bières de l’association étaient également vendues.

La 501è Légion association venue des Etats-Unis étaient également présents sur place avec ses membres grimés en membre de l’armée impériale et proposant des créations de leur main. Eux aussi étaient une attraction en présentant des leurs cosplays.

star-wars

Comic Con Paris : l’avenir des séries majeures en question

Dès 9h30 dans la salle Workshop, Melty le principal média associé à l’événement, organisait une première conférence intitulée « Que faut-il attendre des phases 4 et 5 du Marvel Cine Universe? ». Cette conférence à surtout consisté à passer en revue les différentes théories qui ont fleuris sur les différents Internets plus que d’apporter de nouvelles pistes à étudier.

dc-rebirth

Cependant, à midi, une autre conférence se tenait dans cette même salle ayant pour nom « DC Rebirth » avec pour invité Marcus To, dessinateur du héros Nightwing et Chad Hardin qui s’occupe du cas d’Harley Quinn. Le tout animé par Republ33k et traduit par Mathilde Tamae-Bouhon. Les deux dessinateurs sont venus en raison de deux choses : la volonté chez DC Comics de faire une refonte de l’univers et surtout pour discuter avec le public du rapport qu’ils entretiennent avec le personnage qu’ils dessinent.

En ce qui concerne Chad Hardin, le rapport public/ personnage est compliqué depuis la sortie de Suicide Squad :

« Sur les derniers numéros, Harley arbore un iroquois et la réaction des fans a été très violente du genre « OMG mais qu’est ce que vous lui avez fait. » Mais ce ne sont que des cheveux! Ils vont repousser! » explique t-il. Même son de cloche chez le dessinateur de Nightwing : « Les fans font plus attention au physique du personnage plutôt que de son aventure, j’ai appris à m’arrêter plus longtemps que je ne le pensais sur les cheveux de Nightwing. » ajoute Marcus To dans un éclat de rire.

Luke Cage sur le devant de la scène

L’événement majeur de ce vendredi a été la discussion organisée autour de la dernière série sortie par Netflix : Luke Cage. Pour l’occasion, les organisateurs avaient mis les petits plats dans les grands avec trois invités de marque : Mike Colter, l’acteur principal de la série, Christie Levy, costumière de Jessica Jones  et de Luke Cage, et enfin Mike Brenson, dessinateur du comics « Luke Cage Noir« .

luke-cage-1

Ici, l’accent de la conférence avait surtout été mis sur la dimension sociétale et les costumes de la série largement inspirés du Luke Cage Noir. Le costume standard du héros était lui aussi sujet à question. « Il m’était impossible de porter se costume jaune moulant! » s’exclama Mike Colter tandis que la costumière enchaînait : « Le costume devait être ancré dans la réalité, quelque chose qu’on pourrait porter dans la rue. D’où l’importance du sweat à capuche. » En effet, ce vêtement s’inscrivait dans le contexte des luttes afro-américaines d’aujourd’hui où le vêtement a été à l’origine d’une bévue policière aux États-Unis.

luke-cage

Enfin, la discussion s’orienta  vers le Harlem Club, lieu de repaire des « bad-guys » de la série que ce soit au niveau de l’ambiance, des costume mais également de la musique qui créent une atmosphère particulière. En effet tout le lieu se veut être « the place to be » où tout n’est qu’apparences. « Le contraste qui est fait c’est que les méchants ont des costumes impeccables tandis que Luke a des vêtements populaires – expliqua Cristie Lévi – excepté une scène où il a un costume ». En fin de conférence, c’était au tour du public de pouvoir poser des questions aux trois invités qui répondaient à l’aide de la traductrice.

Les avants premières au rendez-vous

L’un des autres points forts de ce salon fut la projection de nombreuses avant-premières de films attendus par le public. Au programme :

  1. Le vendredi, Premier Contact
  2. Samed, Sausage Party
  3. Dimanche, le très attendu Doctor Strange

Pourtant, cela n’avait empêché l’organisation de projeter également des épisode de séries. Ainsi le premier épisode de la saison 3 de Flash est passé sur l’écran de la Grande salle Melty ainsi que l’épisode pilote de Supergirl. Nous avions pu le voir et nous vous donnons notre avis en quelques mots. Malgré le fait que certains effets spéciaux donnent à la série un côté mauvaise série B, l’animation et le propos de la série laissent à penser que Supergirl, est impliqué dans l’univers des séries DC (Arrow, Flash et Legends of Tomorrow). C’est une série qui a pour propos la quête de soi de la Kryptonienne et elle a d’ores et déjà du succès puisqu’une saison deux est déjà sortie. En France la saison 1 est prévue pour le 2 Novembre diffusée chez Série Club.

supergirl-2_saison

Des expositions à disposition

Une des caractéristiques de cette Comic Con fut la présence de quelques expositions sur différents univers cinématographiques : tout d’abord un stand dédié au film Warcraft Le Commencement.

Les armes et armures du film étaient mises en place de sorte à ce que tout le monde puisse les admirer (sans pour autant pouvoir les toucher !). La production du film a mis ces costumes et accessoires a disposition du salon. C’est le cas également du studio Harry Potter basés à Londres qui, à l’occasion du film Les Animaux Fantastiques, a permis de faire une mini-expo avec des objets ayant servis pour les différents films.

Un défilé de cosplays

Certains fans étaient également venus grimés en figures iconiques de la culture geek qui sont surtout influencés par les dernières sorties cinéma. Rassurez-vous, pas encore de Doctor Strange dans les allées du Comic Con ! En revanche, beaucoup de cosplays d’Harley Quinn, de Deadpool et aussi Kylo Ren. Malheureusement, le concours de cosplays a eu lieu le lendemain, mais cela n’a pas empêché de voir de superbes déguisements.

Une immersion en « Bat-Justicier »

L’une des attractions de ce weekend fut le stand proposé aux gamers avec de tester « Batman Arkham Knight » en réalité virtuelle. Le stand invitait les personnes à venir tout simplement incarner le chevalier noir. Les hôtesses étaient présentes afin d’aider et de donner les premières consignes aux joueurs qui découvraient la « VR ». Pourtant il fallait prendre son mal en patience pour pouvoir tester le jeu : « Ça fait une heure qu’on attend! » se plaignait un jeune homme tout près du stand.

batman

Une organisation légèrement perfectible

Malgré le fait qu’il ne s’agissait que de la deuxième édition du Comic Con à Paris, l’ensemble de l’événement s’est passé sans réel accroc il est dommage que quelques éléments atténuent ce salon. Tout d’abord le programme papier qui n’était pas à jour, créant parfois de certains imbroglios, notamment pour les rendez-vous attendus. De même, le point des dédicaces doit être soulevé. En effet si vous vouliez avoir une dédicace, voire une photo de votre acteur (actrice) préféré, il fallait débourser 17€ (dédicace) ou 38€ pour une photo ! En plus du prix du billet évidemment (22€ la journée).

Évidemment, le problème de la taille du salon se pose également, la Grande Halle de la Villette n’est pas immense, surtout comparée à la Porte de Versailles ou au Parc des Expositions. Par conséquent, le temps de faire le tour du salon est assez rapide : une heure grand maximum si vous vous arrêtiez à tous les stands. Enfin, dernier « reproche », il est dommage qu’une grande partie des stands furent dédiés à la vente de goodies, au détriment des comics.

Mis à part ces points regrettables précédemment cités, cette Comic Con n’a tout de même rien à voir avec la première qui a été critiquée pour son manque flagrant d’organisation. En cette deuxième édition, de grands noms étaient proposés tels que : Mike Colter (Luke Cage) et Carice Van Houten (Game of Thrones). Nul doute que l’année prochaine, les organisateurs chercheront à voir encore plus grand. C’est tout le mal qu’on leur souhaite !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *